parution 16 janvier 2015  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Guerre

Yallah bye

Une famille franco-libanaise se retrouve piégée dans la ville de Tyr au moment même où débute la seconde guerre du Liban. Un (long) récit de l’angoisse au quotidien, quasi-authentique !


Yallah bye, bd chez Le Lombard de Safieddine, Park
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2015

L'histoire :

En juillet 2006, toute la famille El Chatawi se rend à l’aéroport de Roissy, pour passer quelques semaines de vacances dans son pays d’origine, le Liban. Aux côtés des parents Mustapha et Anna, seuls les enfants Mélodie et Denis font le voyage. L’ainé Gabriel reste en France, notamment pour faire la fête avec ses potes. Cependant, dès les premières heures à Tyr, une ville au sud du pays, ils apprennent vaguement qu’un « accrochage » militaire a eu lieu à la frontière avec les troupes du voisin Israélien. Ça n’empêche pas la famille de faire une balade au souk, où Denis achète un nouveau jeu vidéo à son vieux copain Ali. Mais dès le soir, des explosions retentissent et inquiètent tout le monde. Israël bombarde sérieusement le sud-Liban. Anna El Chatawi préconise de vite rentrer sur Beyrouth et d’attraper le premier avion de retour pour la France. Mustapha temporise et rassure : c’est une question d’habitude dans cette région, tout va vite se terminer, il n’y a pas de quoi paniquer. Mais les jours passent, le conflit s’intensifie, les populations fuient… quand les routes ne sont pas fermées ! Pour les El Chatawi, c’est trop tard. Ils vont devoir faire le dos rond durant plusieurs semaines, se réfugier à la moindre alerte dans des abris, avec l’angoisse permanente de se prendre un obus sur le paletot…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le contexte est 100% authentique : tout au long de cet épais one-shot, Joseph Safieddine retrace la mésaventure partiellement romancée de sa propre famille, piégée dans la région du Sud-Liban au moment pile où commençait la deuxième guerre israélo-libanaise (l’été 2006). D’origine libanaise, Safieddine n’est pourtant pas Gabriel, le jeune homme resté en France dans cette histoire… mais il en est très proche. L’axe narratif est très intéressant et relativement inédit : le lecteur se retrouve en immersion aux côtés d’une famille « occidentale », qui pourrait être la nôtre. En son sein, et durant près de 160 pages, le lecteur subit. Les bombardements succèdent aux angoisses, le stress finit par perturber le comportement humain normal. Des emportements, des prises de position, des mots dépassent largement la pensée. En sus du contexte historique, c’est à tous ces dégâts psychologiques que s’intéresse vraiment cet album, qui jamais ne juge l’un ou l’autre bord, et jamais ne pose la question de la légitimité du conflit, de ses étapes charnières, de ses origines ou de sa résolution. Il faut attendre le dossier annexe final pour tout savoir sur ce plan et comprendre les échos qui ont inspiré Safieddine – son père a réellement combattu du côté palestinien dans les années 70. Cependant, l’intime et l’authentique pâtissent de leur propres atouts : 160 pages à tourner en rond avec les mêmes angoisses, c’est long et très répétitif. Sans doute quelques raccourcis auraient rendu l’album plus digeste. La partition graphique a été confiée à Kyungeun Park, lui aussi issu d’un pays martyrisé, la Corée. Sur ce plan, rien à dire : le dessinateur décline un style semi-réaliste encré expressif et touchant, d’une grande cohérence, avec la variation nécessaire dans la mise en scène, malgré la récurrence des situations.

voir la fiche officielle ISBN 9782803634408