parution 14 octobre 2016  éditeur Les éditions du Long Bec  Public ado / adulte  Thème Policier

Trou de mémoire T2

Combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ?

Un tueur à gage devenu amnésique récupère petit à petit les infos sur sa vie. Mais il est traqué par les flics et par ses anciens commanditaires... Conclusion d'un polar « stylé » en diptyque.


 Trou de mémoire T2 : Combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ? (0), bd chez Les éditions du Long Bec de Seiter, Regnauld
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les éditions du Long Bec édition 2016

L'histoire :

A partir du moment où Milton s'est réveillé de nuit sur un ponton de San Francisco, avec une blessure à la tête et un cadavre de femme à côté de lui, il n'a eu de cesse que d'enquêter sur sa propre existence. Car la blessure l'a laissé complètement amnésique. En remontant la piste, il a compris qu'il était riche, très riche, et vraisemblablement tueur à gage. Et encore plus vraisemblablement, parmi ses dernières victimes, on compte un sénateur et... John Fitzgerald Kennedy. Milton traverse les USA en bus jusque New York, et « découvre » l'un de ses nombreux appartements. Dans le coffre fort, se trouvent des liasses de billets, des flingues, des faux passeports, des moustaches postiches, des dossiers de ses récentes victimes et... le prospectus promo pour le tour de chant d'une certaine Dorothy O'Brian dans un cabaret. Avant de s'y rendre pour voir où cette nouvelle piste le mène, il passe voir « son » médecin puis « son » banquier. Le premier lui explicite le mécanisme de l'amnésie, incertain quant à la récupération complète des souvenirs. Le second lui confirme qu'il est immensément riche. Pendant ce temps, les flics de San Francisco et le FBI mènent des enquêtes parallèles et concurrentes sur la mort du sénateur Patterson et cette fille retrouvée assassinée sur un ponton. Ils interrogent notamment l'amant de cette dernière. Si celui-ci avoue sa relation, il semble innocent et souhaite avant tout dissimuler son adultère à sa femme...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un amnésique découvre progressivement qui il est : tueur à gage et potentiellement assassin de JFK... Le pitch de ce polar inscrit dans le milieu des années 60 par le scénariste Roger Seiter, est somme toute assez proche d'une série culte du 9ème art, XIII. Cependant, les traitements narratif et graphique de ce point de départ s'en éloignent radicalement. Étayé par une voix off très explicite, le récit alterne deux séquences-types : l'enquête de Milton sur lui-même, et l'enquête des flics sur Milton – quelques mafieux s'intéressent aussi à son cas. Cette seconde partie de diptyque fait logiquement jour sur toute l'intrigue, sur la personnalité de Milton et son implication dans les meurtres évoqués au tome 1, selon une trame générale classique et attendue. Il est bien entendu agréable que des intrigues policières se bouclent de cohérente manière ; cependant un chouya de surprise finale n'aurait pas été de refus. Le dessin stylisé en bichromies (tantôt imprégné de tons ocres, tantôt de bleu-nuit) de Pascal Regnauld demeure la grosse touche d'originalité de ce thriller. Le dessinateur de Canardo montre ici une autre facette de son talent, plus noir, plus réaliste (en dépit du registre caricatural) que celle du zoomorphisme humoristique. Le seul bémol qu'on peut lui porter vient de personnages masculins trop ressemblants, qui évoluent cependant au sein de décors toujours soignés et détaillés. Pour le reste, ses masses de noir (ombres) et de blanc (lumière) s'équilibrent avec les dégradés intermédiaires de la teinte majeure, en un tout riche, parfaitement convaincant.

voir la fiche officielle ISBN 9791092499414