parution 21 août 2015  éditeur Les éditions du Long Bec  Public ado / adulte  Thème Policier

Trou de mémoire T1

Gila Monster

Un tueur de la mafia se réveille amnésique après ce qui ressemble à un assassinat. Flics et fédéraux enquêtent, lui tente de reconstituer son identité et le fil des événements. Un polar noir dans une ambiance N&B ultime.


 Trou de mémoire T1 : Gila Monster (0), bd chez Les éditions du Long Bec de Seiter, Regnauld
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les éditions du Long Bec édition 2015

L'histoire :

Un homme avec un look de mafioso se réveille sur un ponton en bois, seul, avec une blessure au crâne. Il pleut, c'est la nuit, il ne se souvient de rien, ni de ce qu'il a fait, ni d'où il est... même pas de son nom. A côté de lui, se trouve un flingue de calibre 38. Une dizaine de mètres plus loin, le cadavre d'une femme, vraisemblablement dézinguée par un 38. Il en déduit qu'il est l'assassin et décide de se débarrasser de l'arme en la jetant dans l'eau du port. Ce faisant, il entrevoit au loin l´île d'Alcatraz : il est donc à San Francisco. Une boîte d'allumettes dans sa poche lui indique l'adresse d'un hôtel. Il jette son trench-coat maculé de sang dans une poubelle, chaparde une chemise sur un sèche-linge et prend un taxi. A l'accueil de l'hôtel, on l'appelle Mr Wilson et on lui tend naturellement la clé de sa chambre. Une fois au calme, après une bonne douche, il en apprend plus sur son identité et son activité. Il semble bien être un tueur et vivre plutôt à l'aise sur la côte Est. Pendant ce temps, des pêcheurs trouvent le cadavre sur le ponton et appellent les flics. On retrouve un calibre 22 et des traces de sang conduisent des hommes-grenouilles jusqu'au calibre 38. Deux inspecteurs se mettent sérieusement sur l'affaire, mais leur enquête est rapidement occultée par un autre meurtre majeur : le sénateur Patterson vient d'être assassiné...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le personnage central amnésique, dont l'enquête sur lui-même sert de fil directeur à l'intrigue, est un vieux classique du polar. Ce principe est même à l'origine de l'une des séries les plus célèbres du 9ème art, XIII. Le scénariste Roger Seiter immerge d'emblée son lecteur dans cette problématique rendue explicite par son titre, pour ce qui constituera un thriller des fifty's en diptyque. Un homme aux allures de mafioso se réveille ensanglanté, un flingue et un cadavre à côté de lui, avec un Trou de mémoire de la taille d'une galaxie... il va lui falloir comprendre. Le principal de la narration est assuré par les pensées en voix off de Robert Wilson, alias peut-être Milton Gilford, alias sans doute celui que l'on surnomme le « Gila Monster », comme le radical lézard venimeux des déserts américains. Tandis qu'il reconstitue les éléments de son identité, deux autres fils narratifs secondaires nous sont proposés : l'enquête des autorités, sérieuse et prometteuse, et quelques palabres au sein d'une grosse famille mafieuse new-yorkaises. Petit à petit, les éléments se mettent en place et le lecteur reconstitue lui aussi le fil des événements... probables. Reste encore un tome entier pour faire jour sur toutes les zones d'ombre et, eut égard à l'œuvre du scénariste, il y a fort à parier que les apparences s'avèreront trompeuses. L'autre gros point fort de ce diptyque vient du dessin original de Fabrice Regnault : d'obédience semi-réaliste, avec des trognes caricaturales à souhait, des décors soignés et une rythmique séquentielle offrant une immersion impeccable dans le contexte, l'artiste utilise une bichromie la plupart du temps noir-blanc-ocre, avec des clairs-obscurs ultimes. Ce parti-pris, ainsi que le ton de polar noir, rappelleront peut-être aux cinéphiles le film Sin city. Une comparaison avantageuse...

voir la fiche officielle ISBN 9791092499186