parution 28 août 2013  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Historique

Cap Horn T4

Le prince de l'âme

Retour à Punta Arenas pour le mystérieux aventurier Johannes Orth, afin de faire payer la note à Kruger, mettre la main sur son or et régler quelques comptes avec son passé. Suite et fin d’une belle série d’aventure… ponctuée sans ménagement.


 Cap Horn T4 : Le prince de l'âme (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Perrissin, Riboldi, Lenoble
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2013

L'histoire :

Fuite, or, poursuites, drames, rebondissements… Et 18 nouvelles tombes en un seul jour, dans la petite baie d’Oushouaya. Aussi, est-ce un triste mélange d’amertume et de changement qui anime la petite communauté en cette fin d’année, lors du sermon du nouveau Révérend. Michel Bartlett remplace ainsi le Révérend Bridges qui a choisi de se retirer dans son Estancia d’Harberton. Patrick Whaits, très critiqué en raison de ses positions envers les autochtones Yamana, a également décidé de céder sa place pour regagner dés le lendemain son Irlande natale. Quant à notre belle Anna Lawrence, elle souhaite malgré tout rester en Terre de Feu pour poursuivre sa mission d’éducation auprès des jeunes indiens Fuégiens. Il lui suffira juste d’écraser une larme en voyant partir la canonnière chilienne « Huemel » qui transporte entre autres Johannes Orth. Le bonhomme est pour l’heure bien décidé à mettre la main sur ce fumier de Kruger pour lui régler son compte et récupérer l’or. Il vient en effet d’apprendre de la bouche du lieutenant De Boeldieu, que l’aventurier séjournait à Punta Arenas. Abattu depuis le désastre de l’expédition à laquelle il appartenait – mais aussi en raison d’une sévère peine de cœur – le lieutenant français réserve, au-delà de cette information, une autre surprise…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un décor incroyable battu par vagues, reliefs et vents fous. Une veine romanesque joliment affûtée. Des personnages au passé mystérieux. De l’or, des morts, des poursuites, des évasions, des rebondissements assénés à belle rasade… Il n’en fallait pas moins, en prés de huit ans et quatre albums, pour faire de Cap Horn une série parfaitement accrocheuse. Et même si ce quatrième opus signe indiscutablement le dénouement de ce récit d’aventure vivifiant, on peut imaginer que le fort potentiel scénaristique concocté par le talentueux Christian Perrissin aurait pu donner lieu à quelques prolongements savoureux. D’ailleurs, on regrette finalement un peu cette accélération soudaine initiée par le tome précédent et la fermeture de certaines pistes pourtant fortes appétissantes. Perrissin boucle ainsi son affaire avec un grand professionnalisme, mais en chaussant peut être trop facilement sa paire de gros sabots. Bons et méchants, qui s’étaient amusés à croiser leur destinée sous nos yeux en Terre de Feu, se voient ainsi une dernière fois définitivement « chahutés » par le scénario. En particulier, Orth livre ses dernières batailles et déjoue tant bien que mal quelques pièges, tout en levant en partie le voile sur ses secrets. Bref, voilà de quoi ponctuer « gentiment » la série, sans maestria ni fioritures, mais avec honnêteté. Une nouvelle fois le travail d’Enea Riboldi au dessin alimente quant à lui parfaitement le dépaysement, pour une série qui, au final, reste un moment de lecture agréable et captivant.

voir la fiche officielle ISBN 9782731672435