L'Incal T1 : L'incal noir (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Jodorowsky, Moebius ©Les Humanoïdes Associés édition 2011

L'Incal T1

L'incal noir

John Difool, détective de classe R, se trouve malgré lui en possession d’un objet mystérieux au pouvoir étrange, attirant bien des convoitises. Premier tome d’une saga de SF mythique, par le duo de choc Jodorowsky-Moebius !

L'histoire : A suicide allée, des hommes masqués vétus d’habits vert jetent par-dessus la rembarde un homme du nom de John Difool. Il s’agit d’un détective privé de classe R, qui fait donc le saut de la mort dans cet endroit réputé pour les suicides. Pendant la chute, une navette conduite par les hommes masqués le rattrape. Mais ils sont rapidement pris en chasse par la police. Celle-çi tire sur la navette et finit par la détruire. Au central de police, John Difool, encore sous le choc, raconte ce qui vient de lui arriver en détails. Ainsi, il démarre son histoire depuis la veille où il a été engagé par une aristo afin de lui servir de chauffeur pour la soirée. De fil en aiguille, il raconte la suite de l’histoire et sa rencontre enfin dans les égouts avec un monstre vert agonisant. La police enregistre ses faits et le relache. Il rentre chez lui afin de prendre un peu de bon temps et se remémore les véritables faits de cette soirée. Sa rencontre avec le monstre vert n’est pas anodine puisque celui-ci lui a donné un objet étrange, appelé l’Incal. Quand il a pris l’objet afin de l’ouvrir, une lueur lui a transpercé le crâne, le pénétrant au plus profond de son être…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  A l’occasion des 20 ans de la série mythique d'Alejandro Jodorowsky et Moebius, les Humanos rééditent cette pépite de SF restaurée dans ses couleurs d’origine. Jodorowsky y met en scène, dans un univers futuriste étrange, les pérégrinations dingues d’un détective privé plutôt ringard, à qui on confie le destin de la planète... voire de l’univers. Car Difool se trouve en possession de l’Incal, un objet doté de pouvoirs surpuissants. L’originalité de cette histoire se trouve d’abord dans l’imagination incroyable de Jodorowsky, qui a pondu un univers de pure SF bien barrée. Mais cet atout est aussi sublimé par le trait de Moebius et son découpage chapitré comme un roman graphique. Moebius, alias Jean Giraud, enlumine cette histoire de la plus belle façon, avec son trait fluide et précis. Il retranscrit parfaitement l’univers imaginé par Jodorowsky, alliant science-fiction et western. La colorisation d'origine de cette édition accentue davantage les décors, ainsi que les nombreuses scènes d’actions. En effet, le héros manie le pistolet à la façon d’un cow-boy, ponctuant de sa gachette les nombreuses scènes d'action. L'attribut « héros malgré-lui » de ce personnage reste prédominant tout au long de ce premier album, conférant un aspect rock'n roll à cette quête foutraque. Les rééditions des 5 tomes suivants se poursuivront tout au long de l'année 2011, pour le plus grand bonheur des néophytes qui auraient tord de ne pas en profiter…

  • scénar dessin


2 février 2011



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • A la decouverte de Moebius 6 septembre 2013

    Pour ceux qui ne connaissent pas, cela permet de découvrir le monde magnifique de Moebius.

    Phil

  • L’Incal noir 20 juillet 2011

    Mon album BD SF de référence. Quel choc à l’époque. Je cherche, et ne trouve pas ce qu’il manque à cet album. Les décors restent éblouissants, même 30 ans plus tard. Chef d’œuvre, à mon sens.

    Gabriel

  • Redécouvrir l'Incal 17 juillet 2011

    Jodo est au bord du délire comme à l'accoutumée et Moebius peut s'en donner à coeur joie, anarcho-psychotiques, aristos débauchés, robfliks comiques, technos-technos vicieux... Ensembles, ils forment un ensemble fou, un futur qui doit être évité... en réfléchissant aux critiques de notre société actuelle qui sont faites par les deux maîtres, peut-être.

    Cyril

  • du classique, il n'ya que ça de vrai 11 juillet 2011

    Réduire Moebius à L'Incal serait une erreur. Ne pas lire L'Incal en serait une plus grande, tant le talent de Moebius éclate dans cette œuvre incontournable. Un classique de la BD à découvrir ou à redécouvrir.

    Jean-paul

  • C'est un cas 5 juillet 2011

    La bande dessinée est un vaste terrain pour les auteurs voulant faire preuve d'imagination, et ce au contraire de la plupart des productions cinématographiques de ces dernières années (un avis qui n'engage que moi). Même si L'incal n'est pas tout récent, il en est le parfait exemple. Et malgré son âge, cette BD est désormais incontournable pour tout amateur de science-fiction, je dirais même plus : c’est un classique ! Il est presque impossible de résumer l’histoire, et pourtant je vais m’y risquer car à l’instar de T.Cruise, je suis fan des missions impossibles. L’histoire se situe dans un monde futuriste (ou très ancien, qui sait ?) ou la vie du détective Johnn Difool va se retrouver totalement chamboulée par une de ses affaires en cours, pour au final / ATTENTION SPOILER / sauver l’univers. Si le cycle principal se compose de 5 tomes, l’impact de cette BD a été si grande qu’on l’a ensuite déclinée sous la forme de plusieurs spin-off dont certains sortent encore de nos jours, 30 ans après. Même si sa puissance reste son scénario, il ne faut pas non plus en oublier le dessin du très grand Moebius. Bref, l’Incal est, n’ayons pas peur des mots, un chef d’œuvre.

    Arnaud

  • Si vous cherchez le number one 24 février 2011

    Meilleur dessin sur un des meilleurs textes de SF. La montée en puissance d'un petit problème de détective de classe R en une emmerde de classe intergalactique est absolument ahurissante ! Si vous le prenez, sachez que vous aussi vous allez être irrémédiablement entrainé mais... bon, uniquement vers l'achat des tomes suivants.

    Camille

  • John Difool ce héros! 24 février 2011

    Un seul mot, non en fait deux avec deux de plus qui servent de prénoms, Alejandro Jodorowsky et Jean Giraud. Deux papes de la BD, un complètement fou et l'autre aussi. L'incal, c'est pas une BD c'est un univers, tournez la première page et vous aurez mis le doigt dedans... C'est foutu ! Profitez-en !

    Jerome


prix 13.95-5% = 13.25

sur


L'Incal T1 : L'incal noir (0), bd chez Les Humanoïdes Associés de Jodorowsky, Moebius ©Les Humanoïdes Associés édition 2011

30 janvier 2011

Les Humanoïdes Associés

voir la fiche officielle

9782731623437

ado / adulte

Humour, Science - fiction