parution 02 novembre 2018  éditeur Lucky Comics  Public enfant / ado / adulte  Thème Western, Humour

Les Nouvelles aventures de Lucky Luke T8

Un cow-boy à Paris

Lucky Luke traverse pour la première fois l’Atlantique, afin de protéger, à Paris, la construction de la statue de la liberté. Une idée d’aventure extra, surprenante quoique respectueuse du « ton » Lucky Luke.


Les Nouvelles aventures de Lucky Luke T8 : Un cow-boy à Paris (0), bd chez Lucky Comics de Jul, Achdé, Mel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Lucky Comics édition 2018

L'histoire :

Lucky Luke vient de capturer pour la énième fois les Dalton et il les ramène au pénitencier de Cross Junction, lorsque la petite troupe aperçoit ce qu’Averell prend pour un cornet de glace géant. Luke et les Daltons assistent alors à un spectacle peu courant dans l’Ouest sauvage : une troupe de cheyennes font la danse de la mort autour d’un morceau de statue géante représentant une main tenant un flambeau. Au pied de la main, un petit homme barbu est ligoté et craint pour son scalp ! Il doit la vie à Lucky Luke qui intervient et raisonne les cheyennes. Le sculpteur se présente alors : il se nomme Auguste Bartholdi, il est français et il fait une tournée à travers les USA pour présenter son œuvre grandiose, « La liberté éclairant le monde », une statue de 93 mètres de haut qui sera bientôt érigée à New York pour célébrer l’amitié qui lie la France aux Etats Unis. Une tournée de présentation, donc, qui se double d’un appel à circonscription, car Bartholdi n’a pas tout à fait réuni le budget nécessaire pour finir la réalisation de la statue dans ses ateliers parisiens. Luke continue sa route avec les Dalton, jusqu’au pénitencier, où il rencontre le directeur, un certain Locker. Ce dernier fulmine contre Bartholdi, car lui, aimerait construire une prison à l’emplacement prévu pour la statue de la liberté…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Faire sortir Lucky Luke du continent américain, pour la première fois en 80 albums officiels ? (72 de l’ère Morris + 8 de Nouvelles aventures)… Et pourquoi pas ! Initialement, cette idée a noué l’estomac de quelques puristes gardiens du temple. Car a contrario d’Astérix qui a toujours beaucoup voyagé, Lucky Luke est de tempérament casanier. Le maintien de l’ordre sur son territoire – l’ouest sauvage – est sa raison d’être. Cela dit, à partir du moment où les auteurs respectent les codes narratifs et graphiques de la série, il n’y a tout de même pas de quoi en faire un camembert. Or depuis la reprise de la série en 2004, le dessinateur Achdé s’avère un continuateur et contrefacteur virtuose de l’œuvre de Morris. Et depuis le tome précédent, Jul prouve lui aussi qu’il maîtrise la restitution des codes scénaristiques, humoristiques et vertueux de Lucky Luke. Le « ton Morris » est donc de nouveau respecté à la lettre, pour une aventure qui amène Luke à rencontrer le sculpteur à l’origine de la statue de la liberté, Auguste Bartholdi. S’agissant d’emmener Lucky Luke jusque Paris, on ne pouvait trouver meilleure idée que cette œuvre symbolique qui réunit les deux pays. Le cow-boy passe tout de même la majeure partie de l’aventure aux USA, il ne foule le sol français qu’à la page 27. A partir de ce moment, le décor change sensiblement (la gare St Lazare, les immeubles haussmanniens, les grands monuments, les cafés en terrasse, l’hippodrome de Longchamp…). Les rencontres avec de grandes figures françaises d’époque sont également un passage obligé (Gustave Eiffel, Victor Hugo, Verlaine et Rimbaud). Jul y va cependant avec une étonnante parcimonie sur les bons mots et les répliques drolatiques. Connaissant la verve de l’auteur (Silex and the city), peut-être aurait-il pu faire plus caustique sur ce velours narratif. Le tout dernier phylactère, détournement futé du traditionnel I’m a poor lonesome cowboy est sans doute la meilleure.

voir la fiche officielle ISBN 9782884714532