parution 02 juin 2017  éditeur Mosquito  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Bob Leclerc T2

Terminus, la terre

Au terme d’un voyage épique, la fusée terrienne largue ses bombes chimiques sur la planète Mars. Le retour sera long et pétri de doutes sur le bien-fondé de la mission. Une aventure de SF en total contre-emploi des archétypes.


 Bob Leclerc T2 : Terminus, la terre (0), bd chez Mosquito de Bouchard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Mosquito édition 2017

L'histoire :

La fusée terrienne U-3, qui sera plus tard baptisée par les martiens « le cauchemar argenté », vient de décoller de sa base secrète de Cotopaxi, à destination de la planète Mars. A son bord, un équipage de cinq personnes va devoir supporter un voyage aller de 60 jours, et retour de près de 6 mois (des tempos inégaux en raison de l’inertie des orbites). Leur objectif : larguer sur la planète rouge des bombes chimiques destinées à éradiquer toute vie à sa surface. Les ambitions belliqueuses martiennes envers la Terre étaient devenues par trop inquiétantes. A la tête de cette mission, Bob Leclerc est un leader doté d’un grand sang-froid. Mais lors de la phénoménale poussée qui permet d’extraire la fusée de l’atmosphère terrestre, la tension à bord est ultime. Finalement, l’astronef répond pleinement à ce qu’on attendait de lui. Il se met en place pour le vol elliptique qui lui donnera l’élan vertigineux nécessaire à être catapulté vers la planète rouge. A bord, chacun s’extrait de ses sangles et accomplit la procédure qui lui échoit. Les cinq passagers ôtent ensuite leurs scaphandres et organisent l’emploi du temps de groupe qui régira leur long voyage…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Faut-il considérer les aventures de Bob Leclerc comme l’antithèse narrative de celles de Guy l’Eclair (Flash Gordon) ? Le canadien Grégoire Bouchard nous convoque dans tous les cas dans un 9ème art hors norme, presque à contre-emploi de ce qui se fait majoritairement en matière de science-fiction. Il s’affranchit notamment de tous les accessoires classiques qui font l’attrait grand-public d’une BD de genre. Par exemple, la personnalité des héros est certes approfondie en détail, mais elle n’est pas attachante (ils tirent tous la tronche). Deuxio, la finalité de leur expédition martienne fraye avec la série Z de SF des années 50, au détriment de toute vraisemblance. Cela s’illustre par exemple par l’absence d’apesanteur dans le vaisseau, qui permet aux passagers de manger à bord dans des gamelles en métal et d’utiliser un réchaud de camping à gaz ! Tertio, le rythme narratif s’établit sur beaucoup d’encadrés descriptifs et de dialogues pénibles. Ces derniers insistent sur des détails techniques et des considérations secondaires, au détriment du souffle héroïque. Quarto, le découpage se borne généralement à de basiques gaufriers de grandes cases. Quinto, le dessin souvent hyper détaillé (on ne compte plus les vues sur les cockpits saturés de boutons de commandes) et la colorisation grise et fade ne cherchent jamais l’aspect esthétique. Autre particularité : le scénario fait tantôt des digressions baroques ou métaphysiques, des versions alternatives et symboliques de la trame principale, qui ne la nourrissent pas pour autant. Paradoxalement, cette manière pied-de-nez de proposer « l’inverse » de ce que les canons attendraient, est justement l’atout n°1 de cet épais diptyque de 366 pages (au total), désormais bouclé. Par le truchement de quelques répliques profondes, il n’empêche pas la réflexion sur la destinée de l’humanité, la posture héroïque individuelle, ou l’impératif de la conquête militaire… pour les courageux qui seront allé jusqu’à son terme.

voir la fiche officielle ISBN 9782352834397