parution 05 septembre 2012  éditeur Mosquito  Public ado / adulte  Thème Western

Lakota

A travers le destin incroyable du chef sioux Crazy Horse, Paolo Serpieri rend la part belle aux Indiens d’Amérique. Une belle occasion de redécouvrir le talent du futur dessinateur de Druuna.


Lakota, bd chez Mosquito de Serpieri
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Mosquito édition 2012

L'histoire :

Crazy Horse est le plus grand chef des Sioux Lakotas. Indien fier et indépendant, il refusera jusqu’à la fin de sa vie de se soumettre à l’homme blanc. Même le grand chef Red Cloud n’arrive pas à lui faire entendre raison : Crazy Horse n’acceptera jamais la domination blanche. Avec son peuple, Crazy Horse se bat contre les troupes américaines et entend Wakantanka, le Grand Esprit, dans son rêve. Celui-ci lui prédit qu’il gagnera une grande bataille. Allié aux hommes de Sitting Bull, Crazy Horse tend un piège à « Longs-Cheveux Custer ». Sur la plaine, les Tuniques Bleues sont massacrées : c’est la plus grande victoire indienne, la bataille de Little Big Horn. Crazy Horse n’est pas libre pour autant. Traqués par les soldats, les Lakotas doivent marcher sans arrêt pour échapper à leurs poursuivants. L’hiver est rigoureux et difficile et beaucoup sont las de s’opposer à l’homme blanc. Fatigués par la faim et épuisés par les longues marches, plusieurs Lakotas se séparent de leur chef. Crazy Horse n’a plus le choix : il doit accepter les conditions de l’homme blanc. Parqués dans une réserve, les Lakotas doivent accepter leur nouveau destin… tout comme l’ombrageux Crazy Horse.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Paolo Eleuteri Serpieri, l’auteur italien du sulfureux Druuna, est un passionné de westerns et particulièrement des Indiens. Avant de se lancer dans la science-fiction érotique avec la plantureuse Druuna, Serpieri avait réalisé plusieurs albums sur les indiens, dans la période de la conquête de l’Ouest. Ces productions sont pour beaucoup inédites en France. Mosquito a donc la bonne idée de compléter ce manque (les éditions Bagheera avait déjà publié L’indienne blanche et Femmes de l’ouest ; Dargaud s’était occupé de L’homme médecine). Dans des histoires courtes, Serpieri réhabilite le peuple indien, minorité oubliée dans les westerns. Les hommes blancs sont des oppresseurs et de cruels envahisseurs, tandis que l’Indien tente de défendre ses terres et sa famille. Ainsi, on suit pas à pas l’un des guerriers les plus fascinants de l’histoire indienne : Crazy Horse. Chef juste et digne, homme libre et loyal, Crazy Horse va devenir un véritable mythe et Serpieri lui consacre un album quasi entier. Cette sorte de biographie retrace le parcours du grand chef Lakota, de la bataille de Little Big Horn à la fuite, de son mariage à sa chute. Cet exemple cristallise la vision de l’auteur sur le comportement des américains à cette période. Les indiens sont des êtres fascinants et l’auteur édulcore largement leur vie (exit les tortures telle le scalp) en les positionnant comme des victimes innocentes, en faisant des soldats bleus de vrais rustres dangereux. Serpieri ne cache donc pas son amour pour l’indien et la figure de Crazy Horse est proprement christique (sa devise restera immortelle : « C’est un beau jour pour mourir »). A la différence des autres westerns en bande dessinée, l’auteur montre la réalité de cette période, le quotidien des hommes et les évènements tels qu’ils se sont déroulés. Le rendu historique est donc intéressant et fait la part belle au fier et noble peuple Lakota. On sent même que Serpieri prend un malin plaisir à détruire l’homme blanc. Dans la deuxième partie, il revient sur la célèbre bataille de Little Big Horn. Custer en prend pour son grade et Serpieri montre dans les moindres détails cette déroute militaire, fruit de l’orgueil des hommes et de leur bêtise. Ces épisodes historiques sont superbement servis pas un dessin déjà très maîtrisé. Maître du noir et blanc, l’auteur italien offre des portraits de grands chefs indiens plus vrais que nature. Avec un trait majestueux, certains portraits sont de véritables clichés qui rappellent ceux pris à l’époque pour immortaliser les indiens. Dans une parfaite maîtrise des proportions, Serpieri a un graphisme à la fois fort et voluptueux, alternant de grands aplats noir d’encre de chine et des hachures délicates. Cette maestria graphique plonge le lecteur dans ce retour aux origines de l’Amérique. Un bel hommage à un peuple martyrisé et sacrifié.

voir la fiche officielle ISBN 9782352830740