parution 27 juin 2018  éditeur Paquet  Public ado / adulte  Thème Policier

Bushido

Un tueur à gage américain et métis japonais retourne au pays du Soleil Levant qui l'a vu naître pour y mourir. Mais des yakuzas se sont juré de lui raccourcir l'échéance. Intégrale d'un thriller mafieux efficace, centré sur le fameux code d'honneur.


Bushido, bd chez Paquet de Koeniguer, Escamilla
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2018

L'histoire :

John Masonori est métis, américano-japonais. A New York, il œuvre en tant que flingueur pour Frankie, un puissant parrain de la mafia italienne. John est efficace, froid, solitaire, méthodique… En raison de son éducation et de ses origines, il respecte le « bushido », le code de vie et de combat des samurais dans le Japon médiéval, devenu code d’honneur des vrais yakuzas. Ce soir-là, dans une boîte de nuit, il exécute un énième contrat en flinguant Valdez, un trafiquant de drogue. Or à ses côtés, en train de négocier, se trouve Iori Sagawara, le fils d’un puissant yakuza au Japon. John ne tergiverse pas : le bushido l’oblige à flinguer également le japonais. Il vient de se mettre dans une sacrée mouise… Or dès le lendemain, son médecin lui diagnostique un cancer du colon, à un stade trop avancé pour être soigné. John n’en a plus que pour 6 mois à vivre. Il annonce donc à Frankie qu’il prend sa retraite, qu’il raccroche, qu’il veut profiter de ses dernières semaines de vie en renouant avec son passé, en se rendant au Japon où il est né. Frankie lui demande juste d’exécuter un dernier contrat, en dégommant une jeune femme qui doit témoigner lors d’un procès. Mais au dernier moment, John renonce. Ce qui déclenche de gros problèmes pour Frankie... Pendant ce temps, au Japon, Don Sagawara père lance un contrat contre cet américain, ce « gaïjin » qui a tué son fils. Or pour cela, il fait appel à Sato, son ancien lieutenant, qui l’a jadis trahi. Don Sagawara promet à ce tueur impitoyable et ambitieux un retour en grâce s’il exécute John Masonori…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A la sortie du troisième et dernier tome de cette trilogie au printemps 2004, notre sentiment avait été celui d’une conclusion un peu bâclée, gâchant le caractère original et musclé du traitement jusqu’alors proposé. Avec le recul, et à la lumière de cette édition intégrale, peut-être n’en est-il rien… Bâti autour du personnage d’un « ronin » moderne en fin de course, Bushido>/i> marie les conceptions occidentales et extrême-orientales du sens de la vie, entre destinée réalisée à la force des poings et déterminisme naturel. D’où, sans doute, une première déception quant à une fin très « clichée », au goût d’inachevé, et une relecture dont l’impression fait dire qu’elle était attendue, voire inéluctable. Si le trait syncrétique n’a plus grand-chose de surprenant, les qualités du découpage télévisuel réalisé par Michel Koeniguer témoignent encore d’un savoir-faire adroit et tranchant, tel une celui d’une lame de katana ! A l’instar du manga, les plans sont centrés sur l’action et ses figures au détriment d’un décorum à l’habillage toujours correct, mais presque froid. De fait, une certaine retenue – en dehors de la violence brute – émane de ce récit. Il n’est pas imméritée de rapprocher l’œuvre avec celle renommée de Kazuo Koike, ou du moins sa version portée à l’écran par Christophe Gans (1995), Crying freeman. Une référence qui vous donnera, espérons-le, l’envie de redécouvrir une trilogie aux multiples qualités, à la croisée des genres thrillers et policiers américano-japonais. Un titre assumé, sans concession aucune.

voir la fiche officielle ISBN 9782888905547