parution 26 avril 2018  éditeur Rue de l'échiquier  collection Domaine bande dessinée
 Public adulte  Thème Historique, Fantastique - Etrange, Guerre

Mémoires d'un frêne

Mémoires d'un frêne

Un jeune arbre contemple d'étranges spectacles : l'exécution régulière de plusieurs centaines de personnes. Un récit terrible sur la guerre de Corée et le massacre de Chingju. Voyage au bout de l'enfer.


Mémoires d'un frêne : Mémoires d'un frêne (0), bd chez Rue de l'échiquier de Kun-Wong
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

C'est un jeune frêne qui a seulement quatre ans et qui vit des jours paisibles dans la vallée Ssarigol. Parfois, il voit des jeunes villageois recueillir des branches d'azalée. Coupant à la faux et taillant ce qui les arrange, les paysans ne font pas dans la dentelle. Certains frênes sont aussi coupés de cette façon. C'est alors que les arbres assistent à un triste spectacle. Des cheminées des habitations, ils voient de la fumée sortir des toits. Le jeune frêne sait bien que ce sont ses frères qui sont réduits en cendres. C'est à la fois triste, mais aussi fascinant de voir un arbre se changer petit à petit en nuage vaporeux qui monte dans le ciel. Le printemps arrive et le soleil fait une éclatante apparition. Presque un peu trop pour le jeune frêne qui a besoin de cacher son feuillage, de peur qu'il ne s'abîme. Heureusement, ses branches sont sur une pente raide, de sorte qu'il y a souvent de l'ombre. Un soir, l'arbre est tout heureux car un spectacle vient briser la monotonie de son quotidien. Près de 200 hommes marchent en file indienne, attachés avec des fils barbelés. Des hommes en uniforme noir surveillent les marcheurs. Peu importe la raison de leur venue, le frêne est vraiment heureux de voir autant de monde. Il sent qu'il va observer quelque chose de spécial...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La guerre de Corée a fait des ravages. Elle reste parmi la pire guerre post 45 de notre ère, avec près de deux millions de morts. Mémoires d'un frêne est un témoignage choc de cette période cauchemardesque. Park Kun-Woong reprend ici le concept d'une nouvelle de l'écrivain Choi Yong -tak et raconte les massacres de la Ligue « bodo » (la Ligue nationale d'orientation et de réhabilitation coréenne). La police coréenne avait entrepris d'exécuter tous les civils qui étaient supposés être communistes ou tous les opposants à la guerre ou au régime. Ces événements tragiques ont fait plus de 200 000 morts. Pour traiter un sujet aussi lourd, le récit met en scène un jeune frêne qui assiste aux massacres réguliers dans un charnier naturel. Cette focalisation étonnante se fait via un style sobre et sans émotion. La narration est lente, comme si la nature se transformait petit à petit, au fil des saisons. Elle permet de montrer crûment, sans aucun jugement ni leçon de morale, un événement effroyable. Cette absence d'humanité ou de compassion donne lieu à des passages absurdes, à l'humour noir mordant. Ce ton décalé renforce la bêtise et l'absence de sens face à l'extermination. Rien ne vous sera épargné dans cette histoire. L'auteur n'hésite pas à entrer dans le détail de l'atroce : les balles fusent, les chairs explosent et les corps pourrissent. Certains passages sont quasi insoutenables, tant le rendu est précis et réaliste. Le graphisme se fait choc et le noir et blanc est violent et quasi horrifique. Les visages se tordent et deviennent grotesques. La mort rôde partout. C'en est tellement dur et effrayant, qu'on en a presque la nausée. Ces passages de violence extrême alternent avec des moments de respiration quasi poétiques, avec un jeu visuel de double page intéressant. Cette œuvre sans concession dénonce avec force et justesse ce que l'homme peut produire de pire.

voir la fiche officielle ISBN 978237425102