parution 13 mars 2019  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Infinity 8 T8

Jusqu'au dernier

La huitième trame temporelle sera celle du combat final entre le capitaine Tonn Shär de l’Infinity 8 et le commandant Reffo. Mais pourquoi est-il si méchant ? Ultime épisode d’une saga galactique inventive mais… tarabiscotée.


 Infinity 8 T8 : Jusqu'au dernier (0), bd chez Rue de Sèvres de Trondheim, Killoffer
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2019

L'histoire :

En des temps très anciens ou extrêmement futuristes, la vaste confédération galactique fait une visite diplomatique officielle sur une planète-océan habitée par des Tonn Shärs. Cette espèce qui ressemble à des poulpes géants zébrés est dépourvue de technologie, mais elle dispose d’une énorme capacité temporelle. En effet, chaque individu peut à tout moment explorer une trame temporelle de 8h et revenir à son point d’origine si le résultat ne lui plait pas… et il peut le faire 8 fois de suite ! La plupart des membres de la délégation s’enorgueillit d’accueillir en leur sein une telle espèce, qui offre un atout considérable : pouvoir tester des décisions incertaines et ne conserver que ce qui vaut le mieux pour tous. Or, sitôt éloigné de la planète, le Président de la Confédération donne un ordre hallucinant : faire sauter la planète et transformer le soleil en super-nova… ce qui est appliqué dans la seconde. Les membres de la délégation restent stupéfaits devant la décision d’une telle horreur. Et pourtant, après étude avec un plug d’analyse stratégique, tous comprennent : en intégrant les Tonn Shärs à la confédération, ces derniers auraient pu facilement en prendre le contrôle. Les autres peuples auraient toujours eu 8 coups de retard, multipliés par des millions d’individus. Il suffit désormais de mentir aux 88 Tonn Shärs survivants ailleurs dans la confédération sur les causes de la destruction de leur planète…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce dernier opus d’Infinity 8 débute en flashback par l’exposition du péché originel à l’origine de l’intrigue (cf. résumé) : le génocide du peuple Tonn Shär. Celui-ci explique la vengeance exercée depuis le premier tome, et à chaque tome, selon des trames différentes, du capitaine du vaisseau, lui-même Tonn Shär. Sur ce canevas narratif « techniquement » original, le scénariste Lewis Trondheim déroule la dernière et huitième trame temporelle, qui aboutira à la solution (que nous tairons). Mais une fois encore, si la narration est rythmée et dynamique, elle aura tendance à perdre le lecteur dans des considérations métaphysiques et temporelles tarabiscotées… Il y a aussi intérêt à avoir les précédents épisodes en mémoire et à avoir retenu les rôles des nombreux protagonistes humains et aliens, ainsi que leurs activités « parallèles ». Car à la manière des saluts au théâtre, ce tome de conclusion fait apparaître tout le monde dans ce qu’il convient d’appeler un grand foutoir spatiotemporel final. Le dessin semi-réaliste de Killofer se met au diapason de cette richesse, avec des cases très inventives, tant au niveau du bestiaire que de la composition des perspectives galactiques (ex. p.45), chargées en détails. Au final, Infinity 8 a tout de même des allures de rendez-vous manqué. L’idée de départ était originale, le casting des auteurs jouissif, le décorum général de SF mis au point par Olivier Vatine particulièrement équilibré… mais la narration par trop bordélique, bringuebalée au grès des styles et des idées biscornues, manquant de « moments bilans », n’est jamais parvenue à accrocher le lecteur autour d’un suspens. Peut-être pourrait-on réessayer une nouvelle trame de 8 épisodes ?

voir la fiche officielle ISBN 9782369812746