parution 03 janvier 2018  éditeur Sarbacane  Public ado / adulte  Thème Guerre, Esotérique

La Malédiction de l’Immortel

En 1940, un aristocrate anglais endetté, alcoolique et immortel part pour l’Allemagne Nazie y accomplir son destin. Mais ça, il ne le sait pas. D’une cruauté hitlérienne !


La Malédiction de l’Immortel, bd chez Sarbacane de Taboada, Ginevra
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Sarbacane édition 2018

L'histoire :

Londres 1940. Alors que les sirènes d’alertes annonçant un bombardement retentissent et que c’est la panique autour de lui, Emerick finit tranquillement son verre dans un bar, qui sera dans quelques instants rayé de la carte. Il émerge au milieu des décombres et reprend son chemin sous la pluie. Plus tard, il rejoint Erwin, son ami qui, depuis toujours, veille sur sa famille. Emerick lui confie ne pas se sentir bien, il ne sait quoi penser des flashs qu’il reçoit et qui l’épuise sans qu’il ne sache les interpréter. Erwin lui explique qu’il pourra sans doute trouver des réponses auprès du VRIL. Cette branche occulte du Reich devrait pouvoir lui apporter des réponses sur les flashs qui le perturbent tant. Sous la fausse identité de Georg Brenner, Emerick va donc s’envoler vers l’Allemagne, où l’attend un contact qui l’introduira auprès de l’organisation. Alors qu’il est de retour chez lui, dans sa Limousine avec chauffeur Cassius, celui-ci remarque qu’une voiture les suit. Bien décidé à savoir qui sont ces bienveillants, Emerick les entraine dans un quartier détruit et demande à Cassius de stopper la Limo… quand il voit qu’ils ont crevés en route. Nonchalamment adossé aux restes d’une façade, il attend que le trio de mines patibulaires approche. Ce sont des créanciers chargés de recouvrer une des nombreuses ardoises qu’il a laissées au fil de ses errances éthyliques. Mais ça n’a pas d’importance, ils n’ont plus que quelques secondes à vivre…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La malédiction de l’immortel est une uchronie qui revient sur l’aspect ésotérique du nazisme. Outre l’intention de génocide qui le guidait, Hitler portait en effet en lui bien d’autres dérives émanant du mythe aryen et de sa propre folie. Le dessin de Dante Ginevra est taillé pour le thème, avec des personnages qui inspirent la défiance et la paranoïa. Ses lavis monochromes font forte impression dans les premières pages et connaissent ensuite différentes phases qui traduisent soit un manque de temps, soit d’attention, mais qui infléchissent la perception globale. Si c’était un choix de modéliser les personnages, comme s’ils sortaient déjà d’un camp de la mort en 1940 (y compris les soldats allemand), il aurait été agréable d’équilibrer l’énergie mise dans les dessins, pour qu’il n’y ait pas que 3 méchants et le héros qui bénéficient d’une apparence propre (cf. les filles du VRIL dans leurs pauvres combinaisons d’hommes-grenouilles de l’espace). C’est pourtant déjà très bien ainsi, mais il est vrai que la scène d’ouverture laissait présager davantage, graphiquement parlant. Le scénario d’Antonio Taboada est quant à lui diabolique à bien des égards et s’adapte parfaitement à la réalité historique, ce qui donne beaucoup de force à l’histoire. L’ambiance brumeuse rend l’atmosphère chargée d’une électricité malsaine de chez malsaine. Seul l’humour à froid d’Emerick amène un peu de lumière dans cette descente aux enfers. Heureusement, il n’en manque pas !

voir la fiche officielle ISBN 9782377310449