parution 01 septembre 2008  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Policier, Fantastique - Etrange

Harry Dickson T12

Le Diable du Devonshire

Au cours de l'affaire du « diable du Devonshire » (un énième monstre gluant), Harry Dickson croise... Sherlock Holmes ! Une collaboration entre détectives saugrenue et vaine, pour une douzième enquête lambda.


 Harry Dickson T12 : Le Diable du Devonshire (0), bd chez Soleil de Nolane, Roman, Astier
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2008

L'histoire :

Un soir de printemps, le célèbre détective de l’occulte Harry Dickson et le professeur Linyon, spécialiste en parapsychologie, se rendent à une soirée spiritisme londonienne en compagnie de Sir Arthur Conan Doyle. Quelques échanges de courtoisie et la séance commence sur les chapeaux de roue : la table de oui-ja se met en action, dictant ses lettres à une vitesse fulgurante. Le spirite Elmer Padgett est rapidement dominé par la transe. Il tombe d’inanition, après qu’un bref poltergheist ait soufflé sur la pièce. Sur le papier, il est inscrit « Je suis Charles D Ward, ce n’était pas un accident, c’était le… ». Dès le lendemain, Dickson mène l’enquête. Il identifie Ward comme un médecin mort il y a 3 jours d’un accident de voiture sur une route du littoral escarpé du Devonshire. Rendu sur place, Dickson retrouve dans la carcasse du véhicule une curieuse sphère verte brisée. Il établit ensuite que cette sphère, qui obnubilait Ward dernièrement, lui avait été transmise par… le spirite Padgett ! Or, impossible d’en savoir plus par ce dernier, car il se trouve plongé dans un curieux coma depuis la soirée spiritisme. Devant la tournure des évènements, Conan Doyle fait le lien avec l’ancienne affaire non résolue du « diable du Devonshire ». Et pourtant, un autre éminent détective de sa connaissance s’était penché sérieusement dessus, à l’époque, un certain Sherlock Holmes…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Peut-on réellement parler d’« enquête », pour qualifier les aventures d’Harry Dickson, le détective de l’occulte ? En effet, au vu du contexte systématiquement fantastique débridé, le champ des possibles est trop vaste pour accorder toute déduction logique aux intrigues… Passons. Pour cette douzième « enquête », Dickson fait cavalier seul, c'est-à-dire débarrassé de ses acolytes habituels, Tom et Tania. Néanmoins, il est une fois de plus confronté à un monstre gluant et bizarroïde, genre Ghostbuster, une sorte de chrysalide géante de Cthulhu venue des Kerguellen et sortie d’un cocon façon Alien. La petite nouveauté vient cette fois des rencontres qu’il fait au cours de sa quête : l’écrivain Sir Arthur Conan Doyle et – tant qu’on y est – Sherlock Holmes himself. Cette association de détectives de fictions, entre le spécialiste des cas fantastiques de série Z et le chantre du cartésianisme le plus éclairé qui puisse se faire, est improbable, saugrenu, presque obscène. Autant plonger Freddy Krueger dans un épisode de l’inspecteur Derrick… Ce mélange de genres n’est pas vraiment l’idée du siècle, d’autant que la confrontation des deux détectives est passablement infructueuse et inutile pour le final grandguignolesque. Un seul type de séquences réussit à nous capter brièvement, celles en flashback où l’on suit des énigmatiques traces de sabots dans la neige. Reste le dessin d’Olivier Roman, classique et propret, mais sans éclat particulier. Bref, les épisodes se suivent et se ressemblent, ni passionnants, ni réellement spectaculaires…

voir la fiche officielle ISBN 9782302002784