parution 19 septembre 2012  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Historique

L' Or des fous T1

L'expédition

Les débuts de Pizarro en bande dessinée : un récit simple voire simpliste qui manque de profondeur malgré un thème porteur et intéressant.


L'Or des fous T1 : L'expédition (0), bd chez Soleil de Di Giorgio, Olivares, Facio
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2012

L'histoire :

Fransisco Pizzaro est le fils analphabète du grand navigateur Gonzalo Pizarro. Alors qu’il doit signer un traité à la cour, il est pris au piège par une bande de mercenaires et doit se battre à l’épée pour sauver sa vie. Touché à mort, Pizarro est ramené à son lit pour être soigné. Souffrant le martyre, Fransisco se rappelle ses voyages en mer et sa jeunesse d’aventurier marqué par les rencontres avec les Incas et la soif de l’or ! Tout a commencé en 1531 : Fransisco n’a de cesse de vouloir trouver cette fameuse cité d’or : Cajamarca ! Deux expéditions ont déjà échoué mais Fransisco ne renonce pas. Il va cette fois alléger sa troupe : trois caravelles et moins de 200 hommes. Avec la bénédiction de l’église, Fransisco prépare son voyage, mais le Roi l’oblige à prendre à son bord Almagro, un ennemi de Fransisco, pour surveiller les agissements du capitaine. En plus, Almagro amène sa femme, une belle dame prise par un mal mystérieux. Le voyage est long et difficile. Les hommes s’inquiètent car la terre de Cajamarca n’a jamais été trouvée. De plus, les conditions commencent à être difficiles. On manque de tout dans les bateaux. La femme d’Almagro souffre de plus en plus. L’expédition espagnole trouve enfin une île pour faire escale et rencontre des indigènes. Amis ou ennemis ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le 9ème art semble attiré par le thème des cités d’or (ou la soif de l’or) : après le beau et furieux Conquistador chez Glénat, les éditions Soleil s’attaquent à l’empire Inca, en confiant le gouvernail de ce projet à Jean-François Di-Georgio (Samurai !). L’intention de montrer la vie du célèbre Pizarro est porteuse de belles promesses scénaristiques et annonciatrice d’aventures et de vents de folie (comme le titre l’indique). Pourtant, on est déçu. Le ton est très académique et les péripéties s’enchaînent sans aucune fougue. Le souffle de l’aventure avec le voyage en mer est totalement absent. L’arrivée des conquistadors sur l’île et le drame qui s’ensuit sont racontés avec froideur, sans émotion. On a l’impression d’assister à un mauvais cours d’Histoire, ennuyeux et sans passion. Pourtant, il y aurait de quoi faire : entre les dangers de la mer, la menace de mutinerie des matelots et la cruauté du colon espagnol, l’ensemble pourrait constituer un récit épique et tragique (comme Jéronimus dans le même registre). Au lieu de cela, Di-Georgio use de son savoir-faire pour raconter une histoire qui parvient juste à maintenir le lecteur en éveil, sans jamais le mettre en haleine pour autant. Le dessin est en revanche intéressant : le nouveau-venu Giancarlo Olivares fait déjà preuve d’une belle maîtrise : ses personnages sont bien campés et les scènes de combats violentes et dynamiques (sans compter une superbe couverture digne des peintures de Giraud). Ce style efficace rappelle parfois le trait de Swolfs à ses débuts. Pourtant, on pourra regretter des couleurs chatoyantes et modernes, pour un thème historique ancien. L’album est finalement un peu décevant, malgré une bonne idée de départ et un trait efficace, mais le traitement est sans doute trop « neutre » pour accrocher le lecteur. Peut-être qu’avec le tome 2 et la soif de l’or (annoncé sous le titre Par le feu et par le sang !), le récit deviendra également plus… riche !

voir la fiche officielle ISBN 9782302020023