parution 14 juin 2017  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

La geste des Chevaliers Dragons T24

Les Nuits d'Haxinandrie

Un commerçant venge la mort de sa partenaire chevalier-dragon en recrutant une autre chevalier-dragon. Une vengeance classique, sans dragon ni veill… Un épisode peu original.


La geste des Chevaliers Dragons T24 : Les Nuits d'Haxinandrie (0), bd chez Soleil de Ange, Collignon, Dominici, Paitreau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2017

L'histoire de la série :

Dans ce monde fantastique, lorsqu’un dragon s’installe sur un territoire, son influence maléfique s’étend sous la forme d’un voile invisible qui transforme tout être vivant en monstre hideux et écaillé. Ce phénomène, appelé le « Veill », se déclenche de manière aléatoire : il peut être immédiat ou prendre plusieurs semaines à se déclarer, selon le sujet. Seules les vierges peuvent pénétrer dans le veill sans craindre de métamorphose. Un ordre de farouches guerrières répondant à cette caractéristique indispensable a donc été créé pour lutter contre les dragons : la geste des chevaliers dragons.

L'histoire :

Cent ans après la scission des deux empires, le commerçant Tarek Lorta conclut une négociation win-win avec un partenaire dans une taverne. Il ne craint pas grand-chose, car il est accompagné et protégé par une femme au visage multi-balafré, anciennement chevalier-dragon, Orka. Le pacte scellé, ils font un détour par la présentation du marché aux esclaves. Tarek y repère un produit rare : une écuyère chevalier-dragon, à la virginité garantie, qui doit être mise aux enchères le lendemain. Puis ils sont de retour à leur auberge pour y passer la nuit. Mais à l’attitude de leur hôtelier, Tarek sent qu’un piège leur est tendu. Il a raison : une troupe d’hommes en armes les attaquent. Malgré les grands talents de combattante d’Orka, la chevalier-dragon est transpercée de carreaux d’arbalète. Elle meurt dans les bras de Tarek, qui parvient à s’enfuir. Le commerçant pleure sa partenaire à bord du voilier d’un ami flibustier, à quai. Cela faisait 10 ans que confiance et respect s’était installé entre lui et Orka. Il décide aussitôt un plan de vengeance. Il reste dans cette ville et se rend au marché aux esclaves, avec la ferme intention de remporter la jeune chevalier-dragon qu’il a aperçu quelques heures plus tôt…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Une Geste des chevaliers-dragons sans dragon, c’est un peu comme une raclette au Beaufort sans Beaufort. C’est pourtant à une nouvelle aventure 100% humaine que nous convie le duo de scénaristes Ange dans ce 24ème opus qui, à l’instar de tous les autres volumes, peut se lire indépendamment et dans le désordre. Au menu, un commerçant masculin pleure sa fidèle garde-du-corps femme (une chevalier-dragon !), puis en recrute une autre pour assouvir sa vengeance. Classique et efficace… tranquille, presque. Car ni dragon, ni veill, ni la moindre occurrence fantastique ne viennent pimenter le récit. On ne s’ennuie certes pas, le scénario se laisse suivre sans déplaisir, l’aventure n’est pas mauvaise en soi… mais on est loin d’être transcendé ou emporté parmi les meilleures aventures épiques/héroïques de la Geste. Le dessin a été confié à la griffe encrée réaliste de Stéphane Collignon, déjà co-auteur du 21ème opus séquencé en historiettes, La faucheuse d’Ishtar. Quoique académique et plus à l’aise sur les portraits ou les plans fixes que pour les scènes d’action débordant d’emphase, sa composition est sérieuse. Etant donné que le contexte s’inscrit au plus tard sur la ligne chronologique de la saga, le décorum est plus flamboyant, les costumes plus riches, pour ce qui ressemblerait à de la « Renaissance-fantasy », avec quelques touches d’orientalisme exotique. Bonne nouvelle : sur la couverture du 25ème tome à venir, il y a un bon gros dragon anthracite et menaçant…

voir la fiche officielle ISBN 9782302062184