parution 01 octobre 2010  éditeur Soleil  collection Soleil Celtic
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Merlin - La quête de l'épée T4

Mureas

Séparée, la communauté de Merlin poursuit sa quête de l'épée et d'Arthur en se rendant à Muréas, la citadelle assiégée. Un classicisme convenu et un sujet moult fois traité, mais un rendu propre et soigné qui ravira les adeptes.


 Merlin - La quête de l'épée T4 : Mureas (0), bd chez Soleil de Istin, Demare, Cordurié
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2010

L'histoire :

Merlin est recueilli par le vieux gardien du phare d’Elsamar qui, au beau milieu d’une tempête, avait remarqué dans une barque un homme qui irradiait en pleine nuit. Il se remet en quête et son abnégation à rejoindre Osladd n’en est que renforcée. Car l’armée de l’elfe au cœur noir ne cesse de gonfler, grâce à l’alliance des elfes et des Formoris. La troupe déferle sur le monde du Sidh, en direction de la forteresse de Muréas, capitale des Thuatha. Les hommes de la cité mythique se préparent à l’affrontement, mais leur moral est défaillant, la cité n’étant pas parée à de telles attaques. Osladd est bien décidé à guerroyer contre les hommes et à semer l’holocauste, aidé en cela par ses alliés Formoris et le mage Iweret, qui ne souhaite que la tête de Merlin. Ayant réussi à s’échapper de leur prison elfique, les compagnons de Merlin font une rencontre bien étrange dans un marais qui n’en est pas un, Ahès. Tout ceci n’est qu’illusion, créée par Langrom et son peuple des collines, en charge de protéger un très ancien trésor, les licornes. Ana, la dame et prêtresse d’Avalon, Lyadriel l’elfe, Swerg, qui va révéler son apparence réelle et lever un voile sur sa malédiction, le nain Ethé et le mage Elzekiel, vont ainsi s’octroyer des alliés de grande valeur, capables de créer des lieux adaptés aux diverses peurs. Au même moment, Liel, le frère de Lyadriel, et son père, allié pour un temps à Osladd, s’interrogent… Le père de Liel et Lyadriel détient le bâton de Merlin et sa conviction profonde est que ce simple bâton est en fait une épée de grande valeur. Pendant ce temps, Merlin rencontre un jeune chevalier qui se dirige lui aussi vers Muréas afin de défendre la cité. Hasard ou coïncidence ? D’autant que dans Muréas, la devineresse des Thuatha pressent l’espoir…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quatrième tome de l’épopée mystique des aventures de Merlin et d’Arthur, Muréas cèle une étape dans la quête de l’épée, en mettant en place un nouvel ordre des forces en présence. A l’ambiance noire et pesante du tome trois, pour ne pas dire désespérée et sans issue, ce quatrième constitue l’échappatoire (tant ?) attendue par les lecteurs. Jean-Luc Istin, qui trouve le temps, malgré ses fonctions de directeurs de collection, de s’adonner à ce qui l’a fait connaître, nous conte une histoire emplie d’espoirs, mais violente et sanglante. Certes, les similitudes sont frappantes avec Le seigneur des anneaux, tant au niveau des décors que des protagonistes. La petite communauté « de l’épée » est ainsi composée elle aussi d’un elfe, d’un nain, d’un mage et de Swerg (alias Golum ou Sméagol). On retrouve encore Iweret dans le rôle de Saroumane. C’est un fait que Tolkien a fortement été influencé par les légendes celtiques. Il suffit pour s’en convaincre (et pour les courageux) de lire Le Silmarilion. Istin et Nicolas Demare sont effectivement tous deux passionnés de Tolkien et de Fantasy. Ils ont cependant su apporter des déviances : la quête n’est pas celle d’un anneau mais d’une épée (encore bâton au prélude de ce tome, mais à noter que cette épée devra être forgée dans le métal le plus rare, indestructible et merveilleux, la lave de dragon !). Merlin trouvera enfin Arthur sur la route de Muréas. Une grosse déception se porte sur la couverture, froide et impersonnelle, où Merlin a vraiment de faux airs de Père Noël… Heureusement, et contrairement aux habitudes mercantiles qui veulent que l’emballage soit plus beau que le contenu, Nicolas Demare a certes un trait moins précis qu’Eric Lambert, mais il nous gratifie de décors superbes en conservant un découpage original des cases. Cet opus devrait constituer l’antépénultième de la série dérivée (à ce jour). A la sortie retardée de ce tome 4, devrait succéder rapidement le 5e déjà bien entamé. En conclusion, une série fort honorable d’heroïc-fantasy, reprenant les classiques du genre, mais un cran en dessous de sa série mère, plus originale. Les fans du genre ne bouderont toutefois pas leur plaisir !

voir la fiche officielle ISBN 9782302010857