parution 25 août 2010  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Horreur

Mister Hyde contre Frankenstein T2

La Chute de la maison Jekyll

Le Dr Jekyll poursuit ses expériences chimiques autodestructrices à partir des travaux de Frankenstein. La capture de la créature devrait pouvoir l'aider... Suite et fin d'un cross over osé et brillant, entre deux mythes fantastiques.


 Mister Hyde contre Frankenstein T2 : La Chute de la maison Jekyll (0), bd chez Soleil de Dobbs, Marinetti, Blancher, Parel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2010

L'histoire :

A Londres, à la fin du XIXe siècle, le docteur Jekyll a entamé sur sa personne des expériences chimiques de grande ampleur, qu’il ne peut imposer à aucun cobaye. Il s’est fait secondé pour cela par sa nouvelle gouvernante, la gracieuse et courageuse Faustine Clerval, motivée par une démarche assez similaire : son père fut jadis un proche de Victor Frankenstein, et Jekyll s’intéresse justement de très près aux recherches de ce dernier. Dans la région d’Ingolstadt, Faustine et Jekyll ont découvert le laboratoire abandonné du savant et l’antre de sa créature, toujours bien à l’œuvre. La bestialité dont elle fait preuve séduit d’ailleurs pleinement Jekyll, qui oriente désormais à dessein ses recherches sur les expériences de Frankenstein. Lors d’une étape à Vienne, Jekyll impose la narration exhaustive de son histoire tourmentée, à un médecin qui se spécialise justement dans les troubles de la conscience, le Dr Sigmund Freud. Ça lui fait un bien fou et ça le revigore pour la suite. Car dans les sous-sols blindés d’une banque genevoise, il parvient ensuite à récupérer par la fraude une précieuse relique : un bras humain, conservé dans un froid intense, pourvu d’une autonomie moteur stupéfiante…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y avait un aspect série B à chercher à confronter ces deux créatures mythiques de la littérature fantastique – et par extension, des belles années du ciné-club dans le registre. Comme tous l’attendait fiévreusement, Dobbs assume d’ailleurs pleinement la démarche, en permettant aux deux colosses de s’empoigner cette fois bien frontalement, lors de brèves séquences de combats dignes des comics de super-héros. Au précédent tome, Dobbs s’était habilement arrangé de l’anachronisme (70 ans séparent les deux créatures) renforçant par là-même la cohérence de son titre osé. Le point le plus intéressant de son scénario se situe cette fois dans ce que les prouesses scientifiques de l’un nourrissent le dédoublement autodestructeur de l’autre. Désormais éventé, le double jeu de l’assistante Faustine Clerval n’est plus qu’accessoire. Comme un clin d’œil à la symbolique psychanalytique de l’œuvre initiale de RL Stevenson, Hyde/Jekyll a même l’opportunité de se confier à Freud himself, autre figure mythique (et néanmoins bien réelle, elle) de la fin XIXe. Cet éclairage nouveau étaye d’ailleurs idéalement le propos de ce second opus. Paradoxalement, le bémol viendrait presque de l’absence de caractéristiques de série B : les deux montres restent globalement en dehors du monde. Leurs exactions sont souvent suggérées, on aurait apprécié les voir terroriser un chouya plus le quidam, ravager la bonne société de la fin XIXe. Qu’importe, a priori culotté, ce diptyque hybride et expérimental a beaucoup de style. D’autant plus que l’ambiance graphique confère la touche surannée idoine à l’ensemble. La griffe réaliste fine et détaillée d’Antonio Marinetti se complète d’une colorisation extrêmement sobre (par Virginie Blancher), comme délavée, aux frontières du noir et blanc. On appréciera aussi beaucoup la superbe couverture signée Gérald Parel (un revenant !), idéalement inspirée de l’affiche d’un film gore culte : Ré-Animator.

voir la fiche officielle ISBN 9782302012370