parution 22 janvier 2014  éditeur Vents d'Ouest  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Azimut T2

Que la belle meure

En fuite, la belle Manie Ganza se réfugie chez le Baron Chagrin, un personnage mythique qui semble avoir réussi à vaincre le Temps. A sa façon… Suite d’une épopée jubilatoire, fouillant l’imaginaire avec malice et servie par un fabuleux dessin.


 Azimut T2 : Que la belle meure (0), bd chez Vents d'Ouest de Lupano, Andreae
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Vents d'Ouest édition 2014

L'histoire :

Temps indéterminé, Royaume de Ponduche, en plein centre de l’Imaginaire… La jeune et belle Manie Ganza a dû quitter précipitamment son nouveau fiancé, le bon (mais qui sent le fenouil) Roi Irénée le Magnanime. Faut dire que le bonhomme avait découvert (pas tout seul non plus !) qu’elle l’avait dépouillée de plusieurs crônes, des pièces de monnaies anciennes. Parait qu’elle pourrait lui servir à s’acheter une éternelle jeunesse dans la légendaire Banque du Temps. Et puis surtout, on l’accuse d’avoir volé le Nord. Et ça, ce n’est pas bien du tout ! Car depuis qu’il a disparu, les chronoptères (des bestioles mi-mécaniques influencées ou influençant la marche du Temps) sont perdus, les navires tournent en rond et les explorateurs se ridiculisent honteusement. Toujours est-il que pendant son procès, Manie a pris la tangente, à poil et en Montgolfière, avec ses Saugres (petites créatures domestiques), Eugène un de ses ex et le Comte Quentin de la Pérue. Le pauvre Irénée y a perdu de sa crédibilité, mais c’est moins grave que de perdre 30 ans. Et c’est justement ce qu’il lui est arrivé, la nuit même de cette évasion : un cadeau de l’Arracheur de Temps… Mais ça, c’est déjà de l’histoire ancienne, car désormais, la Belle et ses compagnons accostent sur l’île volante du Baron Chagrin. Tous pensaient que le bonhomme était un personnage de la mythologie. Pourtant, il existe bien et s’apprête à proposer à Manie l’immortalité. Une immortalité payée d’une drôle de façon. A commencer par le sort réservé aux amis de Manie. Le comte de la Pérue pourrait en tout cas faire une sacrée découverte dans le châtiment qui lui est réservé…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il suffit d’avoir à peine effleuré les pages de garde et d’avoir pris connaissance d’un nouvel extrait de l’Encyclopédie des Chronoptères (ces drôles de bestioles directement liées aux méandres mystérieux de la marche du Temps) pour que la magie opère une seconde fois. Celle d’une fantastique proposition de voyage en Imaginaire. Celle d’une balade à dos d’aventure : unique et dépaysante. Une qui entortille conte, percées oniriques ou fantastiques. Une qui nous berce de clins d’œil tantôt humoristiques (avec ce goût de jouer avec les mots et les concepts à la Raymond Devos), métaphoriques ou philosophiques et qui parfois nous titille d’une pointe anxiogène à tendance Burtonienne. Et qui, surtout, nimbe le récit de ce voile mystérieux particulièrement excitant et habilement aiguillonné par un casting loufoque ou savoureusement sexy. Ah ! Qu’on aimerait jamais se réveiller… Ou alors le faire convaincu d’avoir tout pigé de la marche du Temps, de son intemporalité malicieuse, de son espiègle immortalité. Tandis que certains se frottent aux univers parallèles, aux mécanismes quantiques et autres théories, Lupano millimètre un univers foutraque pour une parabole sur le Temps diablement bien balancée. Certes on ne sait toujours pas très bien où il va… Mais la balade est délicieuse et on se laisse piéger comme un gamin scotché dans son plumard, attentif au mouvement des lèvres du marchand de sable, au tic-tac de son conte égrainé par un dessin fabuleux. Et surtout, certain de ne pas s’endormir avant qu’il en ait livré les secrets... Bref, pour qui s’est laissé joliment surprendre une première fois, ce deuxième opus est une nouvelle sucrerie. Et même si l’effet de surprise fonctionne moins, on colle à l’arrière-train (magnifique !) de la pulpeuse Manie sans se faire prier. On pourrait même bien y retrouver le Nord et faire connaissance avec un Baron en noir et blanc. Peut-être aussi se faire piquer (aïe !) sa jeunesse à vitesse grand V ou se faire grignoter la tirelire par la Banque du Temps. Et pourquoi pas, enfin, faire connaissance avec la môman de notre Belle et plonger dans les formes planturo-sabloneuses de la copine du Major ? A moins que l’âge du capitaine ne vienne tout chambouler...

voir la fiche officielle ISBN 9782749307206