parution 14 mars 2013  éditeur Ankama  collection Pulp Heroes
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

First Wave – featuring Doc Savage, T2

Accusé d'avoir détruit une partie de New-York, Doc Savage est contraint de travailler pour le gouvernement américain. Une déconcertante collection ressuscitant des héros légendaires sans le minimum de talent requis !


 First Wave – featuring Doc Savage, T2, comics chez Ankama de Azzarello, Brandon, Klein, McCaig, Cassaday, Jones
  • Notre note Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Ankama édition 2013

L'histoire :

Deux frères siamois – anéantis physiquement par la guerre – lancent un avertissement à l'occident : qu'on rende la paix à l'Irak, sans quoi ils sont prêts à déclencher le feu nucléaire et chimique en direction de ceux qui veulent continuer de détruire leur pays. Alarmé, le gouvernement américain se tourne vers Doc Savage, ne lui laissant que peu de choix : Doc est accusé d'avoir détruit une partie de New-York. S’il accepte de travailler pour eux, il sera blanchi de toutes les accusations portées contre lui. Sans quoi, c'est la prison à vie qui l'attend.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si vous avez la mémoire des critiques « très » négatives, vous vous souvenez sans doute que j'avais laminé le tome 1 de ce revival de l'icone des Pulps. DC avait cru pertinent de confier l'écriture de ces premières histoires consacrées à Doc Savage à Paul Malmont, un romancier, spécialiste desdits Pulps, sans doute excellent écrivain, mais ignorant tout visiblement de la façon de gérer le temps, les relations entre les protagonistes et presque tout, en fait, dans une narration BD. Un résultat éprouvant de crétinerie, tant les personnages étaient inconsistants et l'histoire décousue, à la limite du compréhensible mais pas du ridicule. Désireux de redresser la barre, DC rend cette fois les clés à un scénariste ayant déjà fait ses preuves, en la personne d’Ivan Brandon. On pouvait espérer une amélioration et il est clair qu'on a droit cette fois à quelque chose qui ressemble davantage à de la bande dessinée. Pour autant, l'objectif est une fois encore raté. Tout d'abord, j'avoue que je ne comprends pas la logique de cette collection First Wave... On nous parle de Pulps et fort logiquement, le premier arc qui servait de tronc commun au jeune Batman, au Spirit et à Doc Savage prenait place dans les années 30-40... Idem pour le premier arc exclusivement consacré au Doc, ainsi qu'à ceux consacrés au Spirit. Mais voilà qu'on retrouve Savage... en Irak... de nos jours... ? Comment ? Pourquoi ? Mystère, d'autant que certains éléments du premier arc se déroulant dans les années 30 justifient ici l'action du gouvernement à l'encontre de Savage. Secundo, l'écriture d'Ivan Brandon, qui emploie moult descriptifs, est pesante et sans grand affect... Sa narration est décousue et parfois on saute d'une scène à l'autre sans comprendre ni où, ni quand l'on est. Plus grave encore : il oublie une des choses importantes de ce médium : faire ressentir une idée, une émotion plutôt que de l'imposer par des mots. Or, le Doc Savage charismatique, puissant, félin, dont il nous parle à chaque case, jamais on ne le sent à la hauteur des paroles admiratives qu'il emploie à son sujet, faute de scènes fortes et surprenantes mettant en avant les atouts de notre héros. A ceci s'ajoutent les dessins de Nic Klein, peu engageants, proposant des personnages mal définis, se ressemblant un peu trop parfois, avec un Doc Savage complètement à côté du physique que l'imagerie populaire a donné de lui pendant 80 ans d'existence. Bref, de quoi perdre de vue notre héros dans la foule de ses amis et dans celle de ses ennemis. Dommage, car le sujet était sensible et ambitieux. Il méritait sans doute plus de rigueur, voire davantage de talent. Une fois encore, il n'y a que les couvertures parfaites de JG Jones et John Cassaday pour rendre à Doc Savage le charisme et l'empathie qu'il peut susciter quand il est bien traité. Des couvertures aussi parfaites que trompeuses quant à la qualité du contenu.

voir la fiche officielle ISBN 9782359103755