parution 26 août 2011  éditeur Atlantic  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Thriller

Black box T1

Destins croisés

Un fonctionnaire dérobe un meuble qui a enregistré tous les propos tenus depuis 2 siècles dans le bureau ovale du président américain… et qui les recrache ! Un synopsis intriguant, pour un récit bancale.


 Black box T1 : Destins croisés (0), comics chez Atlantic de Sapolsky, Lyle, Dermine, Lamirand
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Atlantic édition 2011

L'histoire :

En 1797, une mystérieuse caisse est offerte au président Georges Washington de la part d’un « ami français ». De nos jours, Ulysse Troy est un employé de la Maison Blanche, en charge des archives du Mobilier National Américain. C'est-à-dire qu’il doit répertorier et surveiller le moindre cadeau offert à un des présidents américains depuis l’indépendance du pays. Autant dire que l’entrepôt dans lequel il officie est archi protégé contre les intrusions. Ce jour là, Ulysse est en train de ranger une toile d’art contemporain offerte par la reine d’Angleterre, lorsqu’il entend une voix étouffée prononcer un mot : « indépendance ». Ulysse en est pourtant certain : il est bien seul dans cet entrepôt. Il identifie l’origine du son en provenance d’une caisse, qu’il ouvre frénétiquement. Il découvre un meuble qui a l’apparence d’une boîte à musique géante. Ulysse est toujours en train de s’interroger, lorsque le meuble prononce cette fois un bout de phrase… et se tait. Le soir même, quelques recherches sur Internet lui permettent d’identifier que ces mots proviennent de discours ou de phrases prononcées par différents présidents des Etats-Unis. Il se rapproche alors d’une journaliste spécialiste en scandales et d’un ami expert en sons. Une analyse des enregistrements authentifie les voix de Kennedy, Nixon, Eisenhower… et même de présidents du XIXème siècle, à une époque où il n’était pas encore possible, techniquement, d’enregistrer de telles durées de sons…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Black Box est l’une des trois séries inaugurales choisies par les éditions Atlantic pour installer sur le marché francophone de nouveaux comics made in USA. Malgré un pitch qui a de quoi intriguer, le scénario de ce premier tome s’avère néanmoins pour le moins grand-guignolesque. Le ton est en effet au thriller fantastique : par une technicité qui demeure pour le moment nébuleuse, une « boîte à musique » aurait enregistré la totalité des propos tenus dans le bureau ovale de la Maison Blanche, depuis 1797 jusque 2001. De quoi faire verdir de jalousie les journalistes de Wikileaks ! Il est d’ailleurs probable que le scandale attisé par le web-média soit à l’origine de l'idée de cette fiction. Ici, le scénariste Fabrice Sapolsky a pourtant exacerbé son mystère au détriment de la psychologie des personnages et de la cohérence de leurs actes. Les invraisemblances sont franchement légion (mais pourquoi diable le héros dérobe t-il la Black Box à l’Etat pour lequel il œuvre avec rigueur depuis des années ? Comment peut-il aussi facilement faire confiance à des inconnus ?). De fait, l’intérêt pour ce mystère s’amenuise à vitesse grand V… d’autant plus que l’histoire se perd rapidement dans des digressions ridicules (le papy qui a surprotégé son domicile de canons…). Certes, le dessin de Thomas Lyle rattrape un chouïa le désastre. Néanmoins, le dessinateur a beau être présenté comme un vétéran des comics, son dessin montre parfois de curieuses erreurs de proportions et d'équilibre dans les cadrages. Reste la colorisation de notre frenchy Sébastien Lamirand, impeccable… Sans chauvinisme !

voir la fiche officielle ISBN 9791090171008