parution 25 août 2008  éditeur Delcourt  collection Delcourt Kiosque
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

Les chroniques de Spawn T20

Spawn dans l'Enfer de la Grande Guerre ! (kiosque)

Décidément (c'est dément), la malédiction de Spawn nous amène à traverser biens des époques et des contrées. Dans ce numéro, Mike Mayhew signe un superbe chapitre en pleine première guerre mondiale, et le reste vaut aussi le détour !


Les chroniques de Spawn T20 : Spawn dans l'Enfer de la Grande Guerre !  (0), comics chez Delcourt de Hine, Holguin, Tan, Mayhew, Haberlin, Troy, Hannin
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2008

L'histoire :

Au sommaire de ce numéro (kiosque) :
- Spawn #179 : War Spawn (Spawn de Guerre ! ) : Chaque soldat qui a combattu dans la boue, le sang et ses tripes mélangées et répandues à celles d'autres, quelque soit son arme, les lieux et les temps, sait que la guerre, c'est l'Enfer. Mais au moins, quand il succombe, il voit s'achever son calvaire. Pour ce guerrier, il n'y a ni mort, ni fin, ni repos. Pour ce Spawn, la guerre est un enfer éternel...
- Spawn #178 : Dead Man Walking (La Mort qui marchait) : Mammon, qui se faisait aussi appeler Malefik, va jouer de ses alliances démoniaques pour porter un coup qu'il souhaite fatal au Spawn. Un plan machiavélique qui semble bien fonctionner...
- Spawn Godslayer #5 : Dromo's Tale (Le récit de Dromo) : Si Bairn est un tueur de Dieu, Dromo, son compagnon d'infortune et voleur de son état, cache un secret qu'il va finir par lui révéler : il est un bâtard du Roi, dont il compte bien se venger...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ceux qui suivent régulièrement les parutions Marvel connaissent Mike Mayhew, un graphiste qui n'a pas encore la renommée qu'il mérite. Son trait incroyablement fin et précis lui permet de dessiner à peu près n'importe quoi avec une aisance déconcertante. Et quoi de mieux qu'un artiste au style hyper-réaliste pour dépeindre les horreurs de la guerre ? En signant le chapitre introductif de ce numéro, on se retrouve au beau milieu d'une fresque du début du XXième siècle, en Angleterre, jusqu'à ce que la grande guerre n'éclate et que les forces démoniaques moissonnent leur lot d'âmes damnées. Un épisode qui ressort plutôt d'un Hors-Série, mais dont chaque fan du Rejeton des Enfers se délectera. La suite immédiate (l'épisode US précédent) est plus conventionnelle, puisqu'on retrouve l'habituel Brian Haberlin aux pinceaux. Le style est moins flamboyant mais il colle bien à la tournure horreur/fantastique qui fait désormais la marque de la ligne éditoriale. Cette fois-ci, le Spawn est mordu par un vampire qui s'avère être des plus spéciaux. Enfin, on enchaîne avec la série Godslayer qui nous transporte dans des contrées médiévales fantastiques. On y retrouve le couple maudit Bairn/Neva, accompagné de Dromo le voleur. Un personnage jusque là secondaire, qui va s'étoffer avec la révélation de son passé et surtout de son statut de bâtard du Roi ! Brian Holguin insuffle à nouveau de l'action et du rythme. Philip Tan continue à nous impressionner avec le découpage de ses planches. Un seul bémol, mais de taille : on pourra s'agacer des coquilles assez grossières ! Si on fait abstraction de cela, on a cependant droit à une nouvelle bonne mouture de cette publication, pour adultes adeptes d'émotions fortes !