parution 21 mars 2013  éditeur Emmanuel Proust Editions  Public ado / adulte  Thème Anticipation, Thriller Graphic Novel

Do Androïds Dream of Electric Sheep ? T6

Rick retrouve ses proies androïdes en compagnie du simplet Isidore et s’apprête à terminer sa mission… Sixième et dernier tome d’une adaptation qui aura conquis son lecteur au fil des pages, pour une conclusion déroutante à souhait.


 Do Androïds Dream of Electric Sheep ? T6, comics chez Emmanuel Proust Editions de Parker, Blond
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Emmanuel Proust Editions édition 2013

L'histoire :

Lorsqu’il recevait un ordre de ses « ami(e)s » androïdes, Isidore s’exécutait sans poser de question. Il était partagé entre le bonheur qu’il avait de jouir d’une nouvelle compagnie et la frustration qu’il ressentait de ne pouvoir partager plus avec eux. Une chose est sûre : la tournure que prenait sa vie lui plaisait. Il les connaissait à peine, mais déjà il ne se pensait plus capable de vivre sans eux… Mais alors qu’il était descendu à la cave dénicher quelques meubles, le simplet fit une découverte incroyable : une araignée, vivante ! Une découverte inestimable ! Jamais il n’en avait vue. Elle était peut-être la dernière de son espèce ? Impatient de montrer l’animal à ses compagnons, Isidore l’enferma précieusement dans un petit bocal et remonta à l’appartement. Toutefois, son enthousiasme fut vite refroidi. Les androïdes étaient occupés à regarder Buster à la télé et l’annonce de la trouvaille suscita tout juste une cruelle curiosité. Plutôt que de partager l’émotion naturelle qu’Isidore éprouvait, Pris se demandait si l’arachnide était capable de se mouvoir ou même survivre sans l’une ou plusieurs de ses huit pattes ? La seule idée que l’on pouvait imaginer mutiler un tel trésor vivant rendait notre homme complètement malade…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y a longtemps que le lecteur aura compris combien l'œuvre de Philip K.Dick, fidèlement suivie ici, et son adaptation cinématographique, étaient différentes, voire divergentes. Nulle surprise donc de découvrir une conclusion à cent lieues de celle imaginée à l'écran par Ridley Scott (dans Blade Runner), tout aussi dérangeante qu'enthousiasmante. Finalement, l'élimination des Nexus-6 ne constitue qu'une partie presque accessoire d'une intrigue entièrement resserrée autour de la psychologie de ses personnages (et de leurs ressentis respectifs) : le simplet Isidore, tout d'abord, et surtout Rick D bien sûr ! Le chasseur de prime termine ici une mue qui l'a conduit de simple exécutant à grand ordonnateur des vivants. Certes, peut-être y-a-t-il perdu la raison, mais sans nul doute aussi y-a-t-il trouvé un nouveau sens à son existence (...). On pourrait ainsi disserter des heures durant sur la profondeur de la réflexion portée par Do androïds dream of electric sheep ?. Il fut dit dès le début que le plus grand mérite de cette adaptation BD avait été de faire le pari du texte original intégral. Une gageure dont la lourdeur en hypothéqua un temps la réussite... Avant, progressivement, de se faire oublier, d'être digérée par le lecteur pour ne plus le lâcher ! Au point que l'attente entre chaque tome fut parfois longue... Réflexion visionnaire, quelque fois désuète, tel son graphisme minimaliste et abrupt, la série n'en est pas à un paradoxe ni à une queue de poisson prêt. Philip K.Dick aura ainsi marqué différemment la littérature, le cinéma et maintenant le 9ème art : preuve de l'intime complémentarité de ces médias. Et une envie pressante me prend soudain de redécouvrir l'ensemble d'un même élan, une sorte de version Director's cut à savourer pleinement...

voir la fiche officielle ISBN 9782848104102