parution 03 juillet 2013  éditeur Panini Comics  collection 100% Fusion Comics
 Public ado / adulte  Thème Humour, Independant

Dicks T1

Détectives très privés

Deux losers au goût prononcé pour l'alcool se mettent en tête de devenir détectives privés. Pas sûr que l'idée soit bonne... Une série délirante et vulgaire, imaginée par un Garth Ennis en mode vacancier et un John McCrea plus amateur que jamais !


 Dicks T1 : Détectives très privés (0), comics chez Panini Comics de Ennis, McCrea, Digikore studio
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2013

L'histoire :

A Belfast, en novembre 1991, Dougie et Ivor, deux potes, se rendent chez l'oncle de ce dernier pour y rendre un service. Un assistant social est venu chez tonton Shuggie et a déclaré qu'il ne pouvait décemment pas garder Eve, un gentil serpent. Dougie n'est guère ravi mais n'a pas trop le choix. Lui qui doit se marier dans quelques jours a peur de commettre un impair d'ici là, son beau père étant pour le moins effrayant. Les deux compères choisissent d'aller boire un godet dans un troquet. Là-bas, des grosses frappes se vantent de leurs exploits sexuels. Ivor et Dougie ne veulent pas se faire remarquer mais Eve a disparu. Le serpent est en réalité dans les toilettes et vient de sauter sur l'un des gros bras du bar. Les deux amis récupèrent discrètement le reptile et regagnent leur véhicule. Manque de chance, le type s'est réveillé et a bien l'intention de leur faire comprendre sa colère !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les fans de comics ont tous un attachement très particulier pour Garth Ennis. Le scénariste irlandais sait surprendre par son humour, sa provocation et sa violence toute sauf gratuite. Lorsque l'annonce de la sortie de Dicks (zigounette, pour rester poli, en français), on pouvait s'attendre à un grand moment de délire. Malheureusement, le résultat est loin d'être bandant. Dicks nous fait même le coup de la panne. L'histoire raconte comment deux gros losers font leur possible pour devenir détectives privés. Avec un tel pitch, les lecteurs seront probablement tentés mais au bout de quelques pages, on comprend ce qui cloche. Garth Ennis se vautre dans le trash, le scato et l'humour potache. Si de tels éléments peuvent néanmoins plaire en temps normal, ici c'est juste catastrophique. Les dialogues sont mal amenés, pas drôles et s'inscrivent dans des rebondissements tarabiscotés. Dicks est en plus illustré par John McCrea, un artiste qui n'a pas forcément que des fans parmi les lecteurs de The Boys et pour cause, son trait tient plus de la caricature non peaufinée qu'à de vraies illustrations. Ici, le résultat surprend par son manque de maîtrise. Difficile de faire pire me diriez-vous ? Et bien si. Les personnages sont mal faits, leurs proportions changent sans arrêt et globalement, cela se rapproche plus du fanzinat que d'un artiste professionnel. Pas drôle, débile et moche, Dicks ne méritait probablement pas d'arriver jusqu'ici. Un chapeau cependant à la traduction, qui n'a pas du avoir la chose simplifiée devant l'argot déployé

voir la fiche officielle ISBN 9782809431797

  • Sa note Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

Ce qu'un autre en pense sur la planète BD :

Si on se fie à la parole de Garth Ennis lui-même «Dicks» est la bande desinnée dont il est le plus fier. Si on est fan de l'auteur et de son côté excessif, provocateur, à l'humour de mauvais goût (et encore, c'est un euphémisme), cette série est celle qu'il vous faut. Vous riez de ce qui est scato ? Vous appréciez de voir deux pauvres types qui ont une éponge à bière en guise de cervelet ? Le vomi est pour vous le plus beau signe d'accomplissement ? Alors précipitez-vous en librairie pour rafler ce volume. Précisons aussi qu'il est prépondérant de n'accorder aucune importance à l'esthétique, tant les dessins de John McRea sentent bon le torchage ! Notons que la série et sa suite subtile ( «Bigger Dicks») a été initialement publiée en noir et blanc et qu'ici, la colorisation crado à souhait colle parfaitement au ton franchement dégueulasse imprimé à longueur de temps par ces deux losers et leurs potes ou ennemis décérébrés. C'est tellement énorme de connerie, qu'à moins d'être un homme à la moralité irréprochable et aux responsabilités très très supérieures, vous rigolerez bien bêtement, à un moment où à un autre ! Entre des mecs à la connerie sans fond et un statut réservé aux femmes, qu'on ne peut même pas qualifier tant il est grossier, cette caricature digne du fanzinat à tout pour rebuter le lecteur... et c'est bien ça qui nous a fait marrer. D'ailleurs on mettrait une petite pièce à parier que ces épisodes ont été conçus et exécutés après que les auteurs aient ingurgité une dose massive et excessive de Guiness... Bref, c'est dégueulasse mais c'est ça que c'est bon !!!