parution 20 octobre 2010  éditeur Panini Comics  collection Panini - 100 % Wildstorm
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Red

Ancien agent de la CIA désormais à la retraite, Paul Moses devient la cible de ses anciens employeurs, bien décidés à éliminer cet homme au lourd passif. Un récit d'action assez basique, scénarisé par Warren Ellis.


Red, comics chez Panini Comics de Ellis, Hamner, Self
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2010

L'histoire :

A la retraite depuis quelques temps, Paul Moses était l’un des agents de la CIA les plus efficaces, n’hésitant pas à éliminer le moindre opposant à son pays, sur simple demande. Tuer des hommes ou femmes n’était pas un souci, mais il s’était toujours refusé à assassiner un enfant. Ces actes passés le hantent aujourd’hui à travers ses cauchemars, qui l’empêchent parfois de dormir. Ses journées sont souvent les mêmes : n’ayant ni femme ni enfant, il passe son temps à lire ou à appeler Sally, un agent qui suit son dossier et avec qui il a sympathisé. En rentrant un soir d’une balade, Paul constate que l’ampoule de l’entrée ne s’allume plus. A peine a-t-il fait deux pas de plus qu’un homme le menace d’une arme. Il se débarrasse de son agresseur en lui plantant une fourchette dans les yeux. Il aperçoit aussitôt un autre individu, au bout du couloir. Il se protège des coups de feu qui viennent d’être tirer avec le corps du premier, puis réplique avec l’arme de l’éborgné. Un troisième assassin ne résiste guère à cet ancien agent de la CIA. En appelant le bureau de Langley, Paul comprend qu’il est devenu la cible prioritaire d’un ancien employeur.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec des albums comme The Authority, Fell, Desolation Jones (et consort), on finirait presque par croire que Warren Ellis est un scénariste dont tous les titres sont cultes et indispensables. Tous, non ! Une poignée d’irréductibles nanars résiste encore et toujours à la qualité, comme ce Red qui ne doit probablement sa sortie en France qu’à l’adaptation cinématographique avec Bruce Willis dedans. L’histoire est celle de Paul Moses, un ancien agent de la CIA qui, bien qu’à la retraite (et donc inoffensif), devient la cible de ses anciens employeurs, bien décidés à nettoyer les sombres traces de missions passées. Le récit reste basique, porté sur l’action. Ellis aurait pourtant pu se rapprocher de Down, exemple parfait du one-shot efficace et basique. Red ne dure que trois chapitres et après la lecture expéditive du premier acte, quasiment dénué de dialogues, l’impression se confirme que ni l’ambiance ni le récit n’auront le temps de s’installer durant la lecture. Dommage donc, que l’éditeur n’ait pas complété cet ouvrage avec les deux chapitres inédits réalisés par Cully Hamner, le dessinateur, à l’occasion de la sortie du long-métrage. Les délais de traduction, sûrement trop court, ou un coup marketing, ont dû prendre le dessus. Cela est d’autant plus navrant que visuellement, l’ensemble est très plaisant et les séquences de gunfights (les échanges de tirs) sont bien représentées. Cet album très moyen ne devrait pas marquer les esprits. « Red is dead ! » comme diraient les Nuls…

ISBN