parution 21 mars 2011  éditeur Panini Comics  collection Panini - Vertigo
 Public ado / adulte  Thème Policier, Aventure - Action

The losers – Version Panini Comics, T3

Fin de partie (intégrale)

Une fin de partie qui a tout d'un « all in » : entre coups de bluff et coup de Trafalgar, voilà une issue menée tambour battant. Un bon comics d'action, fondé sur un scénario classique et des graphismes spectaculaires.


The losers – Version Panini Comics, T3 : Fin de partie (0), comics chez Panini Comics de Diggle, Jock, Wilson, Loughridge
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2011

L'histoire :

Les Losers sont une ancienne unité de choc, une sorte de commando d'élite spécialisé dans des opérations coup de poing. Pour avoir assisté à une sale affaire de corruption qui impliquait directement la CIA, ils ont fait l'objet d'un contrat lancé par Max, un des gros bonnets de l'Agence. Le fait est qu'ils y ont survécu. La bande à Clay, le leader surnommé « Le Colonel », a juré de se venger. Laissés pour morts, ils peuvent ainsi prendre le temps de planifier leur come-back et avancer dans l'ombre. Mais Max a le bras long. Suffisamment pour retourner un des leurs et c'est ainsi que Roque les trahit. Pour autant, les Losers se sont dangereusement rapprochés de Max. Lui et Roque ne sont plus très loin d'une portée de fusil…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ces épisodes 23 à 32 qui signent la fin de la série, on en apprend beaucoup et on continue à prendre bien du plaisir à voir la vengeance des Losers se dessiner ! C'est un peu un bouquet final sous forme apocalyptique, une sanglante apothéose. Bien sûr, l'identité de Max est révélée, tout comme son background. La logique de son plan aussi machiavélique que mégalomane devient claire comme de l'eau de roche. Ce point s'avère par ailleurs à double tranchant. En effet, si on est attaché au réalisme, il faut bien dire que la crédibilité en prend un coup. Mais même si la ficelle finit par être un peu grosse, on voit émerger une forme de critique politique, elle aussi, assez violente : avec Max, mais aussi la description du rôle que tiennent la Cia, la Défense et l'Industrie de l'armement, c'est tout le pouvoir Américain qui est dépeint comme corrompu au dernier degré. On a même droit à un flashback époque JFK ! Quoi qu'il en soit, The Losers est une série remarquablement divertissante, très rythmée et marquée par son visuel original. Jock s'en donne à cœur-joie, et le relais pris par Colin Wilson s'avère honorable. Le trait nerveux, la mise en page spectaculaire et les couleurs contrastées, offrent un support graphique idéal pour cette équipe de choc qu'on n'est pas près d'oublier !

voir la fiche officielle ISBN 9782809417968