parution 24 février 2012  éditeur Urban Comics  collection DC Classiques
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Policier Super-héros

Batman - Sombre Reflet T1

Dans Gotham, des objets ayant appartenu à de nombreux criminels sont utilisés par de parfaits inconnus. Batman cherche à savoir comment ceux-ci ont pu mettre la main dessus... Début d'une enquête assez captivante.


 Batman - Sombre Reflet T1, comics chez Urban Comics de Snyder, Francavilla, Jock, Baron
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2012

L'histoire :

Disparu pendant un long moment, Bruce Wayne a vu Dick Grayson enfiler son costume de Batman pour empêcher le crime de se répandre dans Gotham. Alors que le jour se lève, celui qui fut autrefois le premier Robin, apprend que le commissaire Jim Gordon l’attend dans la Bat-labo. Comme Wayne industries soutient l’entreprise de Batman officiellement, il n’y avait plus de raison de laisser un tel endroit hors de portée de la police. Dick apprend de la bouche de Jim qu’un adolescent a attaqué d’autres élèves. Le plus inquiétant est qu’il a ingéré un mutagène hormonal le transformant en un ersatz d’homme-caïman. Comment un tel produit a pu arriver dans les mains de cet enfant ? La nuit venue, Dick se rend dans le manoir familial de l’adolescent et interroge le majordome qui a élevé l’enfant jusqu’ici. Il n’a pas le temps de lui avouer quoi que se soit qu’il est abattu par la mère de l’adolescent. Celle-ci n’a pas l’air dans son état normal et saute par la fenêtre. Batman se rapproche du corps sans vie de la femme et trouve une des étiquettes utilisées par le Chapelier fou. Mais l’item n’est pas utilisé comme d’habitude. Qui donc peut bien se servir d’un tel objet ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les éditions Urban Comics reprennent depuis le début de l’année 2012 l’intégralité du catalogue de DC Comics. L’un des plus célèbres personnages de l’éditeur est sans nul doute Batman. Pour la première aventure estampillée Urban, nous avons le plaisir de suivre un récit prévu en deux tomes écrit par Scott Snyder. Ce scénariste est l’un de ceux dont la renommée est vraiment grandissante ces dernières années avec notamment son étonnant American Vampire (dont la suite sortira aussi chez Urban). L’histoire prend place après les événements du crossover Blackest night et avant le reboot lié à Flashpoint. Le Dark Knight est donc incarné par Dick Grayson, celui qui fut le premier Robin et qui lors de la disparition de Bruce Wayne, a enfilé le costume pour protéger la ville. Si le milliardaire est revenu depuis, il recrute dans le monde entier de nouveaux super héros afin de consolider une équipe appelée Batman Inc. L’action de cette première partie de diptyque se déroule à Gotham où des objets appartenant à des criminels (et donc des ennemis du Bat’) se retrouvent entre les mains de personnes normales. Dick investit donc les zones d’ombre de cette affaire diablement prenante. Snyder se montre très malin dans sa narration et ramène notamment James Gordon (le fils psychopathe de Jim !). L’ambiance est donc sombre et les planches de Jock (qui assure aussi les couvertures) sont vraiment sublimes. Son cadrage est très cinématographique et malgré une atmosphère pesante, il n’étouffe pas le lecteur sous des encrages trop appuyés. Francesco Francavilla reprend la tâche d’illustrer cette investigation dès la moitié de l’album. Le dessinateur italien s’en sort plutôt bien et alterne le moyen avec l’excellent. Ce Sombre reflet, sorti aux USA sous le nom de The Black Mirror, dispose de sérieux arguments et devrait donc plaire aux fans du justicier de Gotham.

voir la fiche officielle ISBN 9782365770019