parution 10 mai 2013  éditeur Bamboo  collection Doki doki
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Humour, Sentimental Shônen

Cimoc - Les dessous du manga T2

Le parcours pour devenir mangaka est semé d'embûches et Kota l'apprend au jour le jour au contact de son éditrice, la sexy Hinata. Une comédie sentimentale qui dévoile les dessous de la conception d’un manga !


 Cimoc - Les dessous du manga T2, manga chez Bamboo de Lim, Lee
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Kota est bien décidé à devenir mangaka professionnel et il peut compter sur sa voisine de pallier qui n'est autre que la rédactrice en chef du Comic Splash. Il travaille d'arrache pied mais Hinata, cette dernière, n'est pas encore convaincue par le résultat. Si les histoires du jeune homme sont intéressants, il ne parvient pas encore à créer des personnages suffisamment sexy pour qu'ils plaisent aux lecteurs. Après une discussion instructive, Kota pense avoir compris ce qu'Hinata attend de lui mais rien n'y fait, l'apprenti mangaka n'y parvient pas encore. Par hasard, Miki, une call-girl avec qui Kota a sympathisé, est venue encouragée le dessinateur en lui préparant un bon petit plat. Si dans l'appartement du timide jeune homme, la présence de deux femmes belles et sexy pourrait être troublante, cela va en réalité décoincer Kota sur le côté trop lisse de ses personnages...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les difficultés sont toujours présentes dans ce second opus pour le pauvre Kota ! Ce jeune dessinateur rêve de devenir mangaka et, pour l'aider, il a pour voisine de palier l'éditrice en chef d'une des revues les plus appréciées des lecteurs. Un vrai coup de chance lorsque l'on sait qu'elle a lancé l'artiste le plus populaire du moment et qu'en plus elle est bigrement sexy. Seulement, la timidité du héros l'empêche de passer outre son principal défaut jusqu'ici : dessiner des personnages qui plaisent aux lecteurs. Cette étape occupe une bonne moitié de ce second volet. La formule rodée de Lim Dall Young combine humour et sentiments avec une efficacité rare. Il allie à sa recette les travers du métier d’auteur de BD qu’il décrit avec parcimonie et un tantinet de didactisme. Certes, l'ensemble n'est pas toujours très subtil et les rebondissements arrivent comme un cheveu dans la soupe, peu importe, on prend plaisir à suivre Cimoc. Il faut dire qu'en plus, le scénariste s'appuie sur les qualités de dessin de son compère Hae-Won Lee. Ses personnages sont bien fignolés, les héroïnes sont toutes sublimes et les scènes de fan-service réchaufferont les plus émotifs. Pour l'anecdote, le héros Kota est fan d'un studio de création, Ozma (comme le nom de la princesse d'Oz !), qui publie plusieurs séries en même temps et avec à chaque fois une charte graphique identique. Or, dans la série, des rumeurs diraient que les mangas seraient d'une seule et unique personne. Cela est au final assez amusant lorsque l'on voit que les multiples séries de Lim Dall young ont une approche visuelle similaire. Une simple coïncidence ? En tout cas, Cimoc est une lecture distrayante et assez rafraichissante !