parution 01 juillet 2007  éditeur Delcourt  collection Akata Také
 Public enfant / ado / adulte  Thème Chronique sociale, Shônen

Beck T18

Le festival s’approche pour Beck et les ennuis s’accumulent en terme d’organisation ou d’entourage. Un shônen à succès, agréable à lire et à découvrir, pour tous les amateurs de rock !


 Beck T18, manga chez Delcourt de Sakuishi
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2007

L'histoire de la série :

Yukio Tanaka est un collégien tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Même son nom est si commun qu’une amie d’enfance l’a surnommé Koyuki, pour éviter toute confusion avec des homonymes. Il se retrouve dans le même collège que cette dernière, dénommée Izumi, après l’avoir perdue de vue 2 ans plus tôt. Alors que Koyuki n’a d’oreilles que pour les « idoles » (chanteuses pop japonaises), Izumi va l’introduire au rock et au monde des live houses (petites salles de concert). Pour Koyuki, cette excursion dans l’univers rock va être une révélation. Il y rencontre Ryûsuke, ex-guitariste d’un groupe devenu célèbre dans tout le Japon peu après son départ : Dying Breed. Ce virtuose de la guitare rôde dans les live houses, dans l’espoir de constituer « LE groupe », celui qui le portera au sommet. Il va inciter Koyuki à se mettre à la guitare, allant jusqu’à lui prêter un de ses précieux instruments. Koyuki rencontrera également Maho, la sœur de Ryûsuke, avec qui il se liera d’amitié. Elle va découvrir que Koyuki est aussi très doué pour le chant, suffisamment pour intéresser son frère…

L'histoire :

Koyuki n’en revient toujours pas : Eddy, le chanteur compositeur des Dying Breed, lui a fait écouter par téléphone sa nouvelle chanson. Voulant l’interpréter, celui-ci n’y arrive pas et pense pouvoir l’entendre sur leur futur album. Rejoignant les autres membres du groupe, il répète avec sa guitare réparée par Takano, en vue d’être prêt pour jouer au festival Greatful Sound. Seulement, leurs efforts risquent d’être compromis puisque le manager de Belle Âme veut les faire déprogrammer et insiste auprès de Mme Satô en tant qu’actionnaire principal. Après un des concerts de Beck, la créatrice du festival vient voir les membres du groupe et leur annonce l’éventuel motif de leur non participation : l’état de santé d’un des musiciens. Yusuke pense alors qu’Eddy peut intervenir auprès de l’organisateur puisque les Dying Breed sont l’attraction principale et la principale source des ventes de tickets. Seulement, le destin semble à nouveau jouer des tours à Beck puisque, lors d’une ballade en voiture, Eddy se fait tuer par balle…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Beck est une série passionnante pour les fanas de musique. Les apparitions plus ou moins détournées de chanteurs ou groupes connus sont nombreuses et intensifient un récit qui l’est déjà beaucoup. Alors, certes, le récit n’est plus très original arrivé au 18ème tome, mais la passion du mangaka se sent à chaque case tant sa retranscription semble palpable par moment. La phase actuelle de l’histoire veut nous montrer combien les épreuves peuvent paraître insurmontables, mais il faut bien dire que, pour un groupe peu connu, quand rien ne va, on n’est pas loin de la catastrophe ! On lit ce passage avec un certain amusement car celui-ci s’avère tout de même peu réaliste. Mais, après tout, ne lisons nous pas un manga où le héros va devenir l’ultime rock star ? Si, bien évidemment, et les clichés propres au genre font partie de la tradition. Les dessins de l’auteur sont réussis dans l’ensemble et donnent une certaine cohérence entre les artistes réels et ceux créés. Léger et agréable à lire, Beck est un titre conseillé aux amateurs de musique mais, plus son nombre de tomes progresse, plus notre attention risque de se dissiper. A voir (encore un peu)…

voir la fiche officielle ISBN 9782756007199