parution 10 octobre 2013  éditeur Kurokawa  collection Kurokawa shonen
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Shônen

Saint Seiya - The lost canvas chronicles T3

Le maître du chevalier d’or du verseau a disparu dans le château d’une aristocrate française. Parti enquêter, Dégel va être confronté aux étranges pouvoirs de la maîtresse des lieux. Le récit change des habitudes de la série de manière réussie.


 Saint Seiya - The lost canvas chronicles  T3, manga chez Kurokawa de Teshirogi, Kurumada
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Kurokawa édition 2013

L'histoire :

France, XVIIIème siècle. Une jeune servante du nom de Fluorite travaille dans un château dont la maîtresse des lieux, Mme Grenat, a organisé un grand bal réunissant tout le gratin de la région. Parmi tous ces gens apprêtés, Fluorite en remarque un qui se détache largement du lot, un beau jeune homme aux cheveux longs dont émane - littéralement - une grande fraîcheur, accompagné de Dame Séraphina, la fille du consul du continent des glaces éternelles. Lorsqu’un des convives maltraite Fluorite, l’inconnu vient immédiatement à sa rescousse en lançant une sorte de cercle de glace qui neutralise son bourreau et que seule la jeune fille aperçoit, avant qu’il ne se présente à elle sous le nom de Dégel. Celui-ci dit être venu de Grèce pour constater de lui-même la beauté de Mme Grenat, aussi Fluorite pense qu’il s’agit d’un dandy qui cherche à se marier. C’est alors que la maîtresse de maison fait enfin son entrée dans la salle de bal. A son apparition, grâce au chant qu’elle entonne, tous les convives semblent soudain subjugués et s’agenouillent en pleurant pour lui faire honneur. Fluorite, tout comme Mme Grenat, remarquent alors que Dégel a su rester insensible au sortilège. Mme Grenat comprend immédiatement à qui elle a affaire : le chevalier d’or du verseau. Ce dernier est en réalité venu ici pour enquêter sur la disparition de son maître Crest, suite au message d’appel au secours que ce dernier lui a adressé. Mais, même aidé de Fluorite qui recherche elle aussi son père disparu, découvrir la vérité ne va pas être facile pour Dégel, d’autant que la femme est protégée par 5 jeunes garçons doués de pouvoirs étonnants...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Shiori Teshirogi nous prévient dans la préface du tome : l’histoire diffère de ce qu’on a l’habitude de voir dans l’univers de Saint Seiya. S’il est vrai que l’on n’a pas affaire cette fois à d’autres chevaliers ou spectres d’Hadès mais à des créatures d’un tout autre genre, ce n’est pas pour autant que le récit se montre décevant, bien au contraire. En dehors de quelques ellipses narratives et retournements de situation un peu grossiers qui dénotent un peu, le scénario se montre donc tout à fait prenant, et le côté un peu différent des ennemis ne fait qu’apporter un peu de fraîcheur bienvenue (surtout avec le chevalier du verseau !). Le schéma global étant comme bien souvent de vaincre les sbires avant de s’attaquer à leur chef, ce tome a également un peu l’aspect d’une mini « bataille du Sanctuaire » à lui tout seul, et il est amusant de voir tout cela tenir dans un one-shot sans que cela ne paraisse pour autant manquer d’espace. Les graphismes sont comme d’habitude superbes, même si on dénote quelques effets de déformation un peu ratés de temps à autre. On notera que situer l’action dans un château en France au XVIIIème siècle, en plein bal qui plus est, donne l’occasion à la mangaka de dessiner de très beaux vêtements et décors, et elle nous offre ainsi certaines de ses plus belles planches (malheureusement, l’une d’elles, page 30, est gâchée par un encadrement inopiné à l’intérieur d’une case et qui ne semble pas avoir de raison d’être ; un défaut de l’édition ?). En guest star, les fans apprécieront de retrouver Cardia et le grand Pope Sage ou encore Sasha le temps de quelques planches, ainsi que d’autres clins d’œil comme par exemple le personnage de Séraphina. Le personnage du maître du chevalier d’or du verseau apporte également un réel intérêt au récit, de par son background impressionnant mais aussi par les choix de vie qu’il a fait dernièrement et les raisons qui l’y ont poussé. Malgré les quelques petits ratés, c’est donc un assez bon opus que nous offre ici la mangaka, qui confirme qu’elle a bien fait de se lancer dans ces spin-off de la série d’origine. N’attendez donc pas le Dégel pour vous ruer dessus !

voir la fiche officielle ISBN 9782351429228