parution 09 juin 2011  éditeur Kurokawa  collection Kurokawa shonen
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Shônen

Saint Seiya - The lost canvas T18

Avec le sang de Dôko, Kagaho fait apparaître l’armure d’Athéna mais Deuteros l’empêche de s’en saisir. Puis, ce dernier affronte son jumeau maléfique désormais aux ordres d’Hadès. Un volet prenant malgré un scénario qui copie l’histoire originelle.


 Saint Seiya - The lost canvas  T18, manga chez Kurokawa de Teshirogi, Kurumada
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Face à Dôko, le chevalier d’or de la balance sévèrement blessé suite à ses précédents combats, Kagaho, le spectre du Bénou, ne rencontre pas beaucoup de difficulté. En quelques instants, le chevalier d’or se retrouve prisonnier de l’attaque de son adversaire : coincé au centre d’une ânkh de flamme, Dôko est ensuite violement projeté sur la statue de la déesse Athéna. Le sang du chevalier du sanctuaire se répand ainsi sur la statue qui réagit alors en se mettant à briller. Comme prévu, le sang de la déesse présent dans les veines du chevalier de la balance était la clé permettant de faire apparaître l’armure sacrée d’Athéna, et c’est ainsi que la statue de pierre se change en armure d’or avant de se transformer une seconde fois pour n’être plus qu’une statuette miniature que le spectre du Bénou s’empresse d’aller chercher. Mais à l’instant où ce dernier allait s’en saisir, Dôko qui n’était pas mort, l’attrape juste avant lui et termine sa course dans les bras du chevalier d’or des gémeaux, Deuteros, qui vient juste d’apparaître à la surprise de tous. Celui-ci, avant de disparaître en compagnie de Dôko dans la faille dimensionnelle qu’il vient de créer, charge le Bénou de porter un message à Hadès : lui-même ainsi que le chevalier d’or de la balance vont bientôt se rendre sur le Lost Canvas et cela sonnera la défaite du maître des enfers. Mais un autre ennemi se dresse déjà sur la route des chevaliers du sanctuaire : tandis que Dôko est envoyé ailleurs avec l’armure d’Athéna par Deuteros, ce dernier se retrouve à faire face à son frère jumeau mort deux ans auparavant après avoir trahi le grand Pope, et qui est maintenant devenu l’un des spectres d’Hadès...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Alors que tout bon fan de Saint Seiya attendait probablement de voir un combat exaltant entre le chevalier Dôko de la balance contre le spectre de l’étoile céleste brutale du Bénou, Kagaho, celui-ci n’aura finalement pas vraiment lieu. Dokô étant en effet déjà bien usé par ses précédents combats, ce dernier se fait écraser en quelques secondes et on n’aura donc pas droit à l’affrontement d’envergure que l’on pouvait imaginer. Pour autant, ce tome se montre tout de même prenant par le flash-back qui suit ce passage, où l’on découvre le chevalier d’or des gémeaux Deuteros lors de sa jeunesse avec son frère jumeau à qui se destinait originellement son armure. L’histoire proposée est intéressante, même s’il faut bien avouer que c’est presque un copier-coller de l’histoire de la série originelle avec les chevaliers d’or des gémeaux : deux frères jumeaux d’abord solidaires embrassent un destin fratricide, et cette copie va jusque dans les détails, ce qui est un peu gênant lors de la lecture pour ceux qui se souviendront des événements qui se dérouleront au 20ème siècle. La mangaka nous y décrit donc un événement important du passé du sanctuaire en rapport notamment avec le grand Pope, même si tout cela ne fait pas beaucoup avancer la trame principale. Comme toujours, les combats font montre de problèmes de lisibilité, néanmoins ce point est beaucoup moins présent que dans les tomes précédents. Les attaques portées sont également assez spectaculaires et cela, allié à des planches globalement très travaillées à tout point du vue, donne un résultat général plutôt satisfaisant, ce qui commençait à se faire rare ces volumes-ci. Côté bonus, on déplore l’absence cette fois des explications concernant la mythologie en fin de volume : même si aucun nouveau personnage ne fait son apparition, il y avait encore fort à dire sur différents points, comme par exemple la gémellité ou bien encore le symbolisme des ânkh dans les anciennes cultures. En résumé, c’est tout de même un bon volume qui nous est présenté, au milieu d’une série véritablement en dents de scie depuis un moment. On espère donc que le prochain volet continuera sur la pente de l’amélioration et ne repartira pas dans les travers trop souvent constatés jusqu’ici depuis que la moitié de la série a été dépassée.

voir la fiche officielle ISBN 978235425688