parution 08 septembre 2011  éditeur Kurokawa  collection Kurokawa shonen
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Shônen

Saint Seiya - The lost canvas T19

Aspros a vaincu Deutéros mais cela l’a ramené à la raison. Il tente donc d’attaquer Hadès mais ils sont interrompus par Méphistophélès qui va faire des révélations étonnantes. Un volet des plus originaux et qui amène énormément de révélations.


 Saint Seiya - The lost canvas  T19, manga chez Kurokawa de Teshirogi, Kurumada
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Aspros est le vainqueur du combat contre son frère Deutéros, le chevalier d’or des gémeaux. Ce dernier s’est sacrifié mais a ainsi permis à son frère de recouvrer la raison. Désormais habité par l’âme de son frère, Aspros se rend auprès de son maître Hadès et tente de l’attaquer par surprise, mais le souverain des enfers n’est pas dupe. Il bloque son attaque sans même le regarder et riposte afin de reprendre à Aspros la vie qu’il lui avait donnée en tant que spectre. A son grand étonnement, l’attaque n’est pas complétement efficace : si les surplis de spectre ont bien été désagrégés, devant lui se dresse maintenant Aspros revêtu de l’armure d’or des gémeaux. Ce miracle est possible grâce à l’âme de Deutéros : maintenant qu’ils ne font plus qu’un, les deux frères ont atteint un nouveau statut. Aspros lance alors une explosion galactique contre Hadès et le coup semble porter, mais là encore, une surprise les attend. Le temps devient comme suspendu tandis qu’un nouvel acteur fait son apparition : Yôma, le spectre de l’étoile céleste principale de Méphistophélès. Ce dernier, qui dit avoir lui-même semé la confusion dans le cœur de Deutéros lorsqu’il était plus jeune afin de le mener sur la voie qui l’a ensuite perdu, est présenté par Hadès comme le père de Tenma, le chevalier Pégase...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce tome peut difficilement laisser indifférent, que ce soit en ce qui concerne le scénario ou bien les dessins. En effet, au centre de cet opus se trouve un nouveau personnage pour le moins étonnant, Yôma, spectre d’Hadès sous le nom de Méphistophélès, mais surtout père « physique » de Tenma, le chevalier Pégase. Si ce n’était que cela... mais ce protagoniste est également placé au centre de l’histoire comme une sorte de joker qui s’est amusé depuis des années à semer d’après ses propres dires des « gouttes de ténèbres » dans le cœur de différents acteurs de la scène de théâtre qu’est à ses yeux ce monde et cette guerre sainte. C’est ainsi qu’Aspros, l’ancien chevalier d’or des gémeaux fut déchu au profit de son frère Deutéros, mais c’est aussi à cause de Yôma que Tenma et Alone ont été élevés comme des frères et non comme des ennemis, etc. Le grand plaisir de ce personnage étant de rendre tout cela plus « intéressant », on sort là des sentiers battus manichéens habituels à la série, à tel point qu’on se demande si Masami Kurumada n’aurait pas pris des vacances et laissé Shiori Teshirogi totalement seule aux commandes, et ce n’est pas un mal. En fait, ce personnage est même plutôt une bonne idée, néanmoins son apparition aussi tard dans le récit donne un petit côté invention de dernière minute un peu désagréable. Tout comme son caractère inhabituel, son design est lui aussi des plus étonnants vu les canons de la série : en costume et affublé d’un haut de forme, l’homme revêt parfois son armure de spectre au style complexe et original mais sans se départir pour autant de son chapeau ! Force est de constater qu’entre tout cela et d’autres révélations encore sur Hadès lui-même (qui, pour le coup, sonnent là encore un petit peu faux et donnent une impression de retournement de situation dont l’idée fut trouvée au dernier moment), ce 19ème volet est loin d’être ennuyeux ou inintéressant alors qu’on y combat assez peu. Finalement, malgré ses petits défauts et 2 ou 3 fautes d’orthographes, ce tome se montre donc une lecture prenante et agréablement surprenante dans l’ensemble, même si le personnage de Yôma risque d’en faire crier plus d’un. Après le tome précédent qui était assez similaire à l’histoire originelle, celui-ci se pose donc à l’opposé en étant original de toutes parts. Espérons que la suite le sera tout autant en continuant dans cet état d’esprit.

voir la fiche officielle ISBN 9782351426053