parution 26 août 2009  éditeur Panini Comics  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Policier Seinen

Angel heart – 1st Season, T28

Chihiro a du mal à se remettre de la mort de son père mais, heureusement, City Hunter est là pour lui remonter le moral. L'auteur retombe dans les travers habituels en nous servant une soupe de mièvrerie.


 Angel heart – 1st Season, T28, manga chez Panini Comics de Hôjô
  • Notre note Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2009

L'histoire de la série :

Kaori, la partenaire de Ryo Saeba avec qui elle forme City Hunter, est renversée par une voiture et décède suite à cet accident. Au même moment, une jeune femme se suicide : il s'agit de la redoutable tueuse Glass Heart, de son vrai nom Xiang-Ying, qui ne supporte plus sa vie. Mais l'organisation pour laquelle elle travaille ne compte pas la laisser mourir en paix. L'ambulance contenant le corps de Kaori est alors victime d'un braquage et le coeur de la femme est ainsi transplanté dans le corps de Glass Heart. Au bout d'un an de coma, la tueuse se réveille et décide de partir à Tokyo retrouver celui qui hantait ses rêves : Ryo Saeba, alias City Hunter.

L'histoire :

Cela fait maintenant un mois que Lin-Zhong a retrouvé sa fille et, après avoir passé une semaine au monastère en sa compagnie, l’homme a finit par décéder. En se recueillant devant l’autel, Chihiro ne peut s’empêcher de pleurer et le prêtre lui explique alors que ce sont des larmes de bonheur : si elle n’avait pas rencontré son père, elle n’aurait jamais connu l’amour et n’aurait donc pas la possibilité de pleurer la perte d’un être cher. Puis, en compagnie du prêtre et d’A-Xiang, Chihiro se rend dans la chambre de son défunt père : elle n’avait pas osé retourner dans cette pièce depuis la mort de son paternel. Pendant que le prêtre et A-Xiang laissent la jeune femme seule pour aller rejoindre Ryo, Chihiro trouve un livret d’épargne dans la veste de son père : avant de mourir, celui-ci a ouvert un compte au nom de sa fille pour que celle-ci puisse donner l’argent à l’orphelinat…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Depuis quelques temps déjà, la série alterne les volumes intéressants avec ceux emprunt d’une mièvrerie un peu trop sucrée, ce qui est malheureusement le cas ici. Sur deux chapitres, on assiste à la fin de l‘histoire avec la bonne sœur qui a eu la chance de retrouver son père juste avant que celui-ci ne meure, avant d’entamer la nouvelle mission de City Hunter, elle aussi noyée dans le sentimentalisme à outrance : Manami, une très belle femme rongée par le cancer, veut faire évader de prison son fiancé pour passer une journée avec lui car il ne lui reste même pas un an à vivre. Certes, la narration est rythmée et soignée et possède quelques gags bienvenus, mais cela n’est pas suffisant pour nous faire oublier la trop grande dose de mièvrerie, d’autant plus qu’il n’y a pas une seule scène d’action (qu’il s’agisse de combats à mains nue ou de fusillades). Reconnaissables entre tous, les graphismes de Tsukasa Hôjô sont en revanche toujours aussi réalistes et efficaces, la sempiternelle ressemblance entre les personnages féminins étant néanmoins toujours à regretter. Un volume dont on pourrait se passer donc.

voir la fiche officielle ISBN 9782809408942