parution 14 septembre 2011  éditeur Soleil  collection Soleil Manga
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange, Western Shônen

Deus ex machina T2

Le CWA devine qui est le commanditaire de la femme en habits de deuil et Machina décide de s’en charger seule alors qu’elle n’est pas rétablie. Une suite moyenne mais pas complètement inintéressante.


 Deus ex machina T2, manga chez Soleil de Karasuma
  • Notre note Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Les membres du CWA se sont réunis dans la bibliothèque pour parler du professeur William Valentine : ancien membre de la troupe d’engins de combat et subalterne de l’ancien général Rumbel, il était expert dans le développement des travailleurs mécaniques, à tel point qu’on le considérait comme le « maître des poupées ». Cependant, il disparut lors de la dernière grande guerre et l’armée le déclara mort. Cela remonte à onze ans mais il se pourrait bien que ce soit lui le responsable des derniers évènements, notamment les attaques de la femme en habits de deuil. C’est alors que Machina arrive dans la bibliothèque : s’étant battue elle-même contre la femme, elle peut affirmer qu’elle n’est pas humaine. Il ne peut donc s’agir que d’un fac-similé même si l’existence de ces êtres n’est que pure théorie. La directrice refuse que Machina s’en occupe seule car cela est très dangereux. Cependant, la demoiselle n’est pas du genre à écouter et ce, malgré ses blessures qui l’ont affaiblie...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L’histoire se précise dans ce deuxième volume puisqu’on obtient le nom d’un méchant dès les premières pages (William Valentine) : les desseins de ce dernier ne sont pas clairement définis mais il n’est pas bien compliqué de deviner ce qu’il veut faire, surtout lorsqu’on voit ce à quoi il ressemble. Cependant, ce n’est pas là-dessus que va reposer l’histoire : à la place, on apprend pourquoi Machina veut détruire les automates et on suit Luke qui va se retrouver pris malgré lui dans une mission des sœurs soubrettes Mary et Sue. Celles-ci sont des gros clichés ambulants et le garçon ne fait une fois de plus que pleurer devant son inutilité : ce passage-là est empli de longueurs et peu immersif, et on a donc du mal à apprécier ce qui nous est présenté. Heureusement, le bureau du CWA se montre un peu plus intéressant dans les personnages qui le composent et dans les méthodes d’investigation. L’intrigue ne décolle donc pas vraiment mais se trouve tout de même une ligne directrice et possède quelques atouts qui nous donnent encore envie de lire la suite. En ce qui concerne les graphismes, il y a beaucoup de fan-service puisque Machina est souvent toute nue et que les autres demoiselles ne semblent pas très pudiques non plus. De plus, la mise en scène ne manque pas de dynamisme et les scènes d’action sont fluides. Au final, ce deuxième volet est à la hauteur de son prédécesseur : moyen mais sans plus.

voir la fiche officielle ISBN 9782302012455