parution 27 août 2009  éditeur Taïfu comics  collection Taïfu yaoï
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Yaoï

In the end

Kaito, ado homosexuel incompris et mal-aimé de son père, voit la vie en noir jusqu’à ce qu’il rencontre son prof Ando qui va tout faire pour le « sauver » et lui prouver son amour. Un sujet gâché par un traitement scénaristique et visuel vomitif.


In the end, manga chez Taïfu comics de Pink psycho
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Taïfu comics édition 2009

L'histoire :

La soirée se termine pour Kaito et ses potes. Alors que ceux-ci s’en vont, le jeune homme reste à traîner sur le quai du métro, ruminant contre le comportement de son père à son égard, se demandant pourquoi il est venu au monde... Soudain, un jeune adulte le remarque et lui demande ce qu’il fait là au lieu de rentrer chez lui, et Kaito l’envoie promener. Ce qu’il va découvrir le lendemain au lycée, c’est qu’il s’agit de son nouveau professeur de chimie, monsieur Ando. Ce dernier a été touché par le regard triste de l’adolescent et veut en savoir plus sur lui. Essayant de comprendre d’où vient son mal-être, il va bientôt tomber amoureux du jeune homme, ce qui ne va pas plaire à sa femme légitime... De son côté, Kaito se fait régulièrement sermonner par son père : sa tenue et son comportement vont apporter la honte sur la famille ! Pour oublier tout cela, Kaito rejoint ses amis en boîte. Là, il boit et se drogue pour oublier, ce qui ne fait rien pour améliorer le dialogue avec ses parents. Malheureusement pour lui, il tombe sur Chuck, son dernier petit ami en date qu’il essayait d’éviter, à qui il n’avait rien promis et qui cherche bêtement à l’aimer et à le comprendre. Le lendemain, lorsque Ando fait venir Kaito en salle des profs pour lui parler, l’adolescent se sent troublé et refuse tout d’abord de discuter avant de se laisser convaincre par l’insistance de l’homme qui vient de se rendre compte qu’il est tombé amoureux...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Comment bien faire comprendre l’esprit qui se dégage de ce manga ? Voyons : « Bouhou ! Mon père ne m’aime pas, la vie c’est trop nul, je sers à rien, je veux mourir, je veux qu’on m’aide mais je veux pas qu’on m’aide, et maintenant qu’il a découvert que je suis homosexuel c’est encore pire, en plus il comprend rien à la mode et la société dans laquelle on vit elle craint… » résume assez bien ce qu’il se passe presque exclusivement tout au long de ces quelques 170 pages interminables. On subit donc ainsi les émois de Kaito, adolescent homosexuel rejeté par son père à cause de son look (mi-gothique, mi-visual-key pour un tout je-m’habille-n’importe-comment-pour-montrer-que-je-suis-un-rebelle) et de son comportement, tous deux politiquement incorrects auprès des voisins, et bientôt également à cause de son homosexualité. Et ce n’est pas tant le thème en lui-même qui pose problème (après tout, il s’agit bien là de vrais soucis auxquels sont confrontés pas mal d’adolescents), mais la façon dont tout cela est raconté et mis en scène : rien ne semble cohérent, les personnages ont parfois des réactions sorties de nulle part, les dialogues sonnent souvent creux lorsqu’ils ne sont pas carrément incohérents... Et parlons des protagonistes : le héros est un insupportable légume insipide qui ne sait que geindre et ne fait rien pour améliorer sa situation (d’ailleurs, ce qui est amusant est qu’il ne se prive pas de dire qu’il « essaye de tracer sa route » alors qu’il ne fait rien et se laisse totalement chahuter par les événements), son petit copain du moment est un abruti qui se pointe comme une fleur chez les parents de Kaito pour leur apprendre qu’il est homosexuel, le prof marié a un coup de foudre improbable pour un ado après l’avoir vu 5 minutes... Et les graphismes ne rattrapent rien : trait malhabile, problèmes de proportions, de silhouette, d’expression... Le pire étant la dynamique des mouvements, totalement inexistante. Malgré une utilisation excessive de fonds noirs (il n’y a plus d’espoir !) et quelques décors, les planches donnent l’impression d’être relativement vides (pas « aérées », mais bien « vides ») niveau arrière-plans. Quelques illustrations (deux ?) ont tout de même le niveau avec un profil de personnage qui pose dans une tenue étudiée mais c’est bien tout ce qu’on accordera au crédit des deux auteurs Heath et Nheira, regroupé sous le pseudo Pink Psycho pour le pire mais sûrement pas le meilleur. In the end, on referme ce volume avec la furieuse envie de claquer le premier ado plaintif qui passe et, surtout, l’envie d’oublier très vite qu’on a jamais lu ce manga.

voir la fiche officielle ISBN 9782351803097