Jeux de demoiselles T1, manga chez Taïfu comics de Nakamura ©Taïfu comics édition 2010

Jeux de demoiselles T1

Makoto n'est pas un étudiant ordinaire et il ne va pas tarder à s'en rendre compte quand toutes les femmes qu'il croise vont vouloir coucher avec lui. Un premier volume riche en scènes chaudes plus qu'en scénario.

L'histoire : Cela fait maintenant un an et trois mois que Makoto, un étudiant, sort avec sa petite amie Yuka. Ce soir, ils vont enfin faire l’amour pour la première fois et le jeune homme espère ne pas faire mal à l’élue de son cœur. Heureusement, Yuka n’éprouve pas la moindre douleur pendant l’acte et elle arrive même à jouir en même temps que Makoto. Cependant, une fois que le garçon s’est retiré, Yuka est prise de tremblements et demande à prendre une douche. Makoto est inquiet - il a peur d’avoir été mauvais - alors que Yuka est juste en train de se remettre de ses émotions. Au moment où celle-ci sort de la salle de bain enveloppée d’une serviette, Shihori (la grande sœur de Makoto) débarque à l’appartement. Elle comprend que le garçon et sa petite amie ont enfin conclu mais, au lieu de les féliciter, gronde Makoto : il aurait du mettre un parapluie rouge devant la porte pour qu’elle évite de les surprendre. Un peu plus tard, une fois l’incident passé, Makoto va se coucher dans sa chambre. Au bout de quelques instants, Shihori vient s’allonger sur son lit et commence à se masturber. A ce moment, il est loin de se douter que c’est sa faute si la jeune femme a un comportement si étrange...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Commençant d’emblée avec une scène de sexe torride (et en couleurs svp), le ton est donné : priorité aux scènes de sexe - normal, pour un hentaï. Pour justifier que ces demoiselles soient toutes excitées par Makoto, l’auteur a eu une idée relativement originale puisque le jeune homme dégage en fait des phéromones ultra-puissantes. Du coup, il est impossible pour ces dames de ne pas craquer et Makoto va ainsi honorer sa petite amie Yuka, la grande sœur de cette dernière, Shihori, ainsi que sa collègue, sans compter deux autres jeunes femmes qui se contentent de se masturber. La majorité des scènes de ce volumes sont donc évidemment des scènes de cul et on sera satisfait de voir qu’il n’y a aucune scène de viol (ce qui, en temps normal, arrive assez souvent dans ce genre de production), au contraire : ce sont ces demoiselles (d’où le titre) qui réclament à se faire prendre, que ce soit par amour, curiosité ou abus de phéromones... Si on regrettera les bandes de censure pendant les coïts, les dessins sont somme toute très corrects : les personnages sont expressifs, les demoiselles sont mamelues à souhait et offrent aux lecteurs une diversité de costumes et de rôles (étudiante, blouse blanche, etc.). De plus, les scènes coquines sont très humides (tout le monde dégouline) et très explicite, pour une lecture très érotique. Par ailleurs, on pourrait être choqué par la scène où Shihori tente de se livrer à l’inceste, mais on nous explique que ce n’est pas si grave car ils ont encore leurs sous-vêtements et on découvre aussi que c’est en fait un sacrifice pour la science... Admettons... En tous cas, ce hentai n’est pas avare en sexe et les amateurs du genre devraient apprécier.

  • scénar dessin


7 août 2010



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 8.95-5% = 8.5

sur


 Jeux de demoiselles T1, manga chez Taïfu comics de Nakamura ©Taïfu comics édition 2010

12 juillet 2010

Taïfu comics

Taïfu hentai

voir la fiche officielle

9782351804193

ado / adulte

Erotique, Sentimental

Hentaï

scénariste
dessinateur
 

Jeux de demoiselles série terminée en France
3 albums parus
série terminée au Japon
3 albums parus Nos chroniques dans cette série :