parution 01 juillet 2010  éditeur Tonkam  collection Tonkam Shôjo
 Public ado / adulte  Thème Horreur, Conte - Féerie, Fantastique - Etrange Shôjo

The royal doll orchestra T1

Mené par Rutile, l'orchestre royal parcours le monde infesté de guignols pour jouer une musique hors du commun, mais l'accueil dans les cités n'est pas toujours des plus chaleureux. Une première partition envoûtante et réussie.


The royal doll orchestra T1, manga chez Tonkam de Yuki
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Tonkam édition 2010

L'histoire :

Rutile et le reste de la troupe de l’orchestre sont presque arrivés à la ville fortifiée de Toussaint. Ils doivent encore franchir le pont-levis mais le parcours est infesté de guignols, ces êtres infectés par le virus qui a envahi le monde. Heureusement, ils parviennent à se défaire de ces monstres et à peine sont-ils entrés que déjà le pont-levis est remonté. Cependant, ce n’est pas parce qu’ils sont à l’abri que l’accueil va être chaleureux : Rutile présente la troupe comme l’orchestre royal effectuant un voyage de condoléances et, en entendant cela, le fils du châtelain, Eles, qui se tient dans la cour, leur demande de déguerpir car il ne veut pas entendre de musique. C’est alors que l’un de ses serviteurs se met à muter en guignols et cherche à l’attaquer. Rutile et ses compagnons parviennent heureusement à venir à bout de la créature avant que celle-ci ne fasse de mal à l’enfant, ce dernier ne pouvant fuir car il a besoin d’une béquille pour marcher. Pourtant, Eles ne se montre pas reconnaissant et continue de leur hurler dessus jusqu’à ce que le châtelain fasse son apparition. Celui-ci repousse son fils et invite l’orchestre au château. Rutile et ses compagnons le suivent mais ceux-ci sont intrigués : à part le châtelain, personne ne semble vouloir entendre de musique et, pire encore, cela semble même être l’objet d’une terrible haine...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Lorsque l’on voit la couverture de ce nouveau titre, on ne peut s’empêcher de jubiler : Kaori Yuki, la maîtresse du conte horrifique et gothique, revient enfin ! Cette fois, après les fantômes, vampire, démons et autre créatures, la mangaka s’attaque à un genre tout aussi effrayant : les zombies. En effet, un virus a envahi le monde, les contaminés devenant alors des poupées désarticulées assoiffées de sang et dont la morsure vous infecte. Appelés guignols, ces monstres envahissent la plupart des villes et c’est dans ce monde cauchemardesque que l’on suit une troupe itinérante de musiciens, le fameux orchestre royal dont la musique a des propriétés très particulières. Dans ce premier volume, la troupe évolue dans deux cités, l’une où il n’y a aucun enfant à part le fils du châtelain et l’autre où le seigneur s’est constitué un harem. On retrouve les thèmes habituels de l’auteur (membres d’une même famille qui s’entretuent, travestis, trahisons, personnages au passé torturé...) et cette dernière arrive à les lier aux thèmes des zombies et de la musique de manière intéressante et originale, s’appropriant complètement le genre. Pour les graphismes, on retrouve son habituelle influence gothique dans les tenues sombres et/ou affriolantes des personnages ainsi que dans les décors (ceux-ci étant par ailleurs assez fournis). Les personnages ont souvent un côté androgyne (c’est d’ailleurs un sujet de moquerie pour Rutile qui est régulièrement pris pour une femme, ce qui amène quelques gags sympathiques) mais tous sont sexy (ou simplement mignons pour les plus jeunes). De plus, la mise en scène est particulièrement soignée et, avec un tramage varié, les dessins sont une fois de plus de bonne qualité. Un très bon titre donc, dont ce premier opus nous donne très envie de lire la suite.

voir la fiche officielle ISBN 9782759503773