parution 26 février 2020  éditeur Robinson  Public ado / adulte  Thème Thriller

La Maison des fragrances T1

Le parfum du pouvoir

Une famille d’industriels parfumeurs intriguent et manigancent pour savoir qui reprendra la direction de l’entreprise, après l’attaque cardiaque du patriarche. Début d’une saga familiale et industrielle classique dans le milieu des parfums.


La Maison des fragrances  T1 : Le parfum du pouvoir (0), bd chez Robinson de Corbeyran, Kowalski, Saint Blancat, Kalvachev
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Le vieux Max vit depuis des années dans un petit village tropical. Régulièrement, il va se promener sur la plage, afin d’y chercher de l’ambre gris. Il a même dressé son chien à dénicher ce précieux vomi de cachalot, qui vaut tout de même dans les 40 000 € le kilo ! Lorsqu’il en trouve, il appelle sa cliente en France, qui travaille pour l’industrie du parfum. Cette substance naturelle est en effet très prisée par les « nez » qui fabriquent les fragrances. Au même moment, un vieil homme se paie du bon temps dans son appartement de Monaco en compagnie d’une call-girl. Or Claude Capella, directeur de la fameuse industrie du parfum éponyme, fait une attaque cardiaque en cette compagnie embarrassante. Il se retrouve dans le coma à l’hôpital. Son fils Pierre-Jean est averti par téléphone. Il convoque aussitôt la famille dans leur somptueuse propriété de Grasse. Il se propose évidemment pour occuper le fauteuil de dirigeant de son père, un héritage que sa sœur Pauline, son oncle Christian et son neveu Domi n’acceptent pas, a priori… Sans compter que sa fille Ester a des ambitions pour être adoubée « maître parfumeur » et que leur « nez » en chef, Noël Debruge, qui a créé la signature Capella, parait incontournable…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec Les maîtres de l’Orge dans les années 90, les éditions Glénat inventaient un genre qui allait faire des émules : la saga industrielle familiale. Rien de tel que des héritages rivaux autour d’une entreprise florissante pour découler des intrigues à suspens, qu’il s’agisse de petites rancunes ou de grosses vengeances. Depuis, les sagas industrielles se sont intéressées au diamant, au cigare, au cognac ou au vin, notamment par plusieurs séries managées par l’incontournable scénariste Corbeyran. On retrouve aujourd’hui ce dernier chez Robinson, de nouveau dans un microcosme du luxe typiquement français : le parfum. La ville de Grasse, capitale mondiale du parfum, tient logiquement lieu de décor ; et les membres d’une famille fictive, les Capella, s’entredéchirent pour savoir qui héritera de la direction de leur industrie florissante, alors même que le patriarche n’est pas totalement décédé. Sur le plan de l’intrigue, il est donc question de pièges vicieux, d’ambitions légitimes ou démesurées, de mise à l’écart, de guerre médiatique… mais (pour le moment ?) ça n’est pas criminel. Bien que très convenablement rythmé et dialogué, tout cela reste très classique, sans surprise, dans des sentiers archi balisés. Le plus convaincant se trouve donc dans la dimension vulgarisatrice du milieu : c’est en effet l’occasion pour le profane de voir comment s’élabore un parfum, entre l’achat dispendieux d’essences naturelles et la recherche chimique pour en fabriquer de synthèse, entre les attentes du public et le cadre légal de plus en plus étriqué (la lutte contre les perturbateurs endocriniens). Le dessin est confié au polonais Piotr Kowalski, dont l’académisme des encrages réalistes n’a d’égal que sa justesse et sa régularité. En somme, un produit courant aux effluves attendus, mais pas désagréables.

voir la fiche officielle ISBN 9782017076391