parution 29 mai 2020  éditeur Ankama  collection Label 619
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Aventure - Action, Horreur, Humour, Mondes décalés

Doggybags T15

Encore une brassée de trois histoires courtes et effrayantes, livrées avec une nouvelle. Run et ses comparses s'attaquent au racisme et au complotisme qui gangrènent les USA. Du Bayou au mass shooting en passant par le KKK, make America evil again !


 Doggybags T15, comics chez Ankama de Mandias, Klobcar, Run, Montaraza, Chesnot, Gasparutto
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Cette nuit de pleine lune, Sydney regrette amèrement l'avertissement que sa copine Jenny lui avait adressé quelques heures plus tôt. Il aurait mieux fait de ne pas sortir ce soir. Les mains ligotées dans son dos, sa vision se brouille, ses pensées deviennent vaporeuses. Il sent sa vie le quitter. En face de lui, cinq mètres plus bas, deux types observent le début du balancement au bout de sa corde. Ils ont l'air fiers, devant leur pick-up, l'un avec son fusil à pompe dans le dos, l'autre cagoulé. Est-ce que le pit' et le bull terrier se régalent aussi du spectacle ? C'est l'histoire de Sidney, petit cuisinier, homme de couleur. Né à la Nouvelle-Orléans et mort à 24 ans. Mais il lui reste encore un souffle quand la corde se brise. Déjà, le gros barbu se précipite sur lui et fait la promesse de le finir à la main. Il s'empare de la corde encore nouée autour du cou de sa victime mais l'instinct de survie donne des forces insoupçonnables : Sidney lui assène un énorme coup de tronche. L'énergie du désespoir le met en mouvement - Cours, Sydney, cours - Il n'a que quelques mètres d'avance sur le molosse qui vient d'être lâché à ses trousses. L'adrénaline lui permet de rejeter l'assaut et le chien est propulsé dans les marécages. Deux secondes plus tard, un alligator s'en régale – Cours Sydney, cours...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

15 albums désormais dans le sac mortuaire de la série et le moins que l'on puisse dire, c'est que Run a bien fait de sortir une saison deux. Doggybags était en effet interrompu, la décision d'une fin ayant été prise par son créateur. Et tel un phénix qui renaît de ses cendres, voilà de nouveau ses lecteurs régalés. Qu'on ne s'y trompe pas non plus, le concept ne se limite pas au genre horreur /épouvante saupoudré d'une bonne dose d'hyper-violence. Ce ne serait pas rendre justice au travail de Guillaume Renard et de ses complices que de réduire la série à cela. Ce goupil là, sous les airs de Loup-Garou qu'il aime à prendre, propose en effet un angle d'attaque rusé et habilement mené. Dans cet opus 15, le racisme, la problématique des armes à feu et le conspirationnisme, qui sont la verrue sur le nez des States, deviennent sa cible. Il suffit de lire les notes qui précèdent chaque histoire, la préface et la postface, pour comprendre que Run travaille beaucoup ses sujets et s'inscrit dans une réflexion que les récits servent, sous couvert d'offrir du divertissement. Un brin d'Histoire, un brin de sociologie, de l'action et pas mal d'humour noir sont les ingrédients de ce cocktail molotov en format papier. Un véritable brûlot, qui commence ici avec Manhunt, qui place le lecteur confortablement installé aux pieds d'un black en train d'être pendu, dans cette charmante et exotique contrée du Bayou. Peter Klobcar signe le scénar et les dessins d'un récit en Noir et Blanc en soulevant la question de la monstruosité. Qui du Vaudou ou des néo-nazis doit-on le plus craindre ? S'ensuit L'œil de l'Amérique, une nouvelle apocalyptique de Tanguy Mandias, illustrée par Viizage Monraza, qui passe à la moulinette zombie les symboles pourrissants des USA. Conspi Racism fait du lecteur le témoin d'un carnage causé par un type qui marche dans les pas d'un complotiste vedette de sa propre chaîne de télé. C'est effrayant, parce que ça ressemble à s'y méprendre à ce qui existe vraiment et Ludovic Chesnot excelle à mettre en image le visage hideux des tarés paranos et fanas du fusil mitrailleur. Un récit terrible, tout comme le suivant, qui illustre la maxime « œil pour œil et le monde finira aveugle ». Là aussi, les planches de Jérémie Gasparutto font mouche. Bref, encore un volume qui cartonne et qui envoie du bon, du lourd, du costaud.

voir la fiche officielle ISBN 9791033509899