parution 10 juin 2020  éditeur Urban Comics  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Policier Super-héros

Batman White Knight

Lorsque les méthodes de Batman sont de plus en plus violentes et décriées à Gotham, qui d’autre que sa Nemesis pour lui faire barrage ? Le Joker, apparemment guéri de sa folie ! Un récit fascinant et de toute beauté sur leur relation.


Batman White Knight, comics chez Urban Comics de Murphy, Hollingsworth
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Batman poursuit son pire ennemi dans un état de rage aveugle, se fichant des dommages collatéraux qu’il cause dans sa chasse. Ainsi, il détruit des toits de la ville avec sa Batmobile, met en danger les ouvriers d’un chantier, éjecte violemment un agent de sécurité sur son passage… Batgirl et Nightwing sont dépassés, leur mentor devient incontrôlable. Batman finit par rattraper le Joker dans une usine. Celui-ci le met en face de ses irresponsabilités et lui explique leur relation. Le Joker aime Batman, le rend plus fort et l’aide à sa manière : sans ce jeu du chat et de la souris et la peur causée par le criminel, Batman n’aurait jamais été accepté par les Gothamiens. Mais le jeu n’est plus. Batman n’a jamais réglé ses vieux démons et s’enfonce dans la noirceur de sa soif de justice. Sa lutte contre le crime est un défouloir à sa violence et Gotham en paye le prix. Le Joker pense qu’il est le seul à pouvoir l’arrêter et sauver Gotham : il est venu dans cet entrepôt stockant des médicaments, espérant qu’en avaler le guérira de sa folie afin d’avoir toutes ses capacités. Batman, enragé face aux paroles de son ennemi, le roue de coups sans se retenir, face à ses acolytes et au commissaire Gordon, qui sont arrivés sur les lieux. Pire, Batman le force à avaler une quantité dangereuse de cachets, l’envoyant tout droit à l’hôpital dans un état grave. Mais quelqu’un a filmé la scène qui se retrouve vite dans les médias. La ville se divise : certains pensent que Batman est allé trop loin et représente ce qui ne va pas dans cette ville, d’autres défendent que la ville lui doit beaucoup et que le Joker l’a bien cherché. Mais le Joker, rétabli, est bien décidé à porter plainte contre Batman et le Commissariat de Gotham...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Urban ressort cet été à un prix très avantageux un des meilleurs récits récents de Batman. C’est au tour du renommé dessinateur Sean Murphy de donner sa vision du personnage en s’essayant en même temps comme scénariste. Il inverse les rôles. Face à un Batman violent dont les méthodes commencent à nuire à la ville qu’il est censé protéger, le Joker, véritable ‘«chevalier blanc’», entend utiliser son génie pour sauver Gotham. C’est fascinant de le voir se lancer en politique, dénoncer la corruption des élites de Gotham, demander des comptes à la police, et se soucier du sort des minorités écrasées de la ville. Les traits de Murphy subliment son récit et la colorisation est particulièrement réussie. Un des points forts de lhistoire, c’est la psychologie des personnages, même si son traitement est parfois inégal (Nightwing par exemple, est plus effacé que Batgirl). Même si on doit reconnaître que nos héros ont été un peu malmenés et ont bien grandi, on retrouve une ambiance proche du Batman de la série animée, avec la Bat-Family, mais aussi avec le rôle central d’Harley Quinn (dont on retrouve le costume original). Elle fascine et sa relation avec le Joker est très juste. On sourit d’ailleurs face au tacle fait à la version d’Harley qu’on retrouve ces dernières années chez DC. Mention spéciale pour le commissaire Gordon, tiraillé entre ce qu’il doit à Batman et le fait qu’il a trop laissé faire. Certes, on peut avoir un peu de mal avec cette image de Batman/Bruce Wayne assez noire, le personnage apparaissant souvent assez antipathique, mais en même temps, on est dans la logique d’un Batman épuisé, poussé dans ses retranchements dont on se demande comment s’il va s’en sortir. Un thème qui colle à son histoire et qui a débouché sur de grands classiques. Petit bémol avec un final un peu accéléré, des considérations politiques gagnant à être développées mais c’est un récit palpitant et original sur la relation Batman/Joker dont on attend impatiemment la suite, Curse of the White Knight, qui sortira en VF en octobre prochain.

ISBN 9791026817116