parution 25 octobre 2018  éditeur Denoël  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Moi, fou

Un chercheur en pathologies mentales se retrouve englué dans un atroce complot au sein de son entreprise. Après Moi, assassin, second volet de la « trilogie du Moi ». Un brillant thriller mental !


Moi, fou, bd chez Denoël de Altarriba, Keko
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Denoël édition 2018

L'histoire :

Chaque nuit, Angel Molinos fait des cauchemars, qu’il consigne aussitôt par écrit dans un cahier. Il s’imagine nu, en train de s’enfoncer dans des masses sanguinolentes d’oiseaux morts. Peut-être ces rêves atroces sont-ils liés à son activité professionnelle diurne ? Car Angel est docteur en psychologie au sein de l’Otrament (Observatoire des Troubles Mentaux), un centre de recherches lié à un laboratoire privé. En compagnie de quelques collègues, son job est d’inventer de nouvelles pathologies mentales, afin de mieux pouvoir leur faire correspondre des médicaments et les vendre en masse aux patients des gros pays consommateurs. Plus une pathologie est courante, plus le potentiel commercial du médicament sera intéressant. Ce jour-là, par exemple, il présente le « syndrome de Thersite », qui caractérise une personne complexée par une difformité physique. Le Dr Hoyos, un nouveau collègue, propose quant à lui la fanopathie (les fans et collectionneurs) et la néophilie (l’obsession du neuf). Hoyos et Molinos vont devoir travailler ensemble, alors ils sympathisent. Hoyos en profite pour demander à Molinos s’il est vrai que le centre expérimente sur des patients dans des ailes interdites du bâtiment. Cela met la puce à l’oreille de Molinos, qui s’arrange pour pénétrer en secret dans une zone interdite. Il découvre effectivement un pauvre hère, au regard hébété, enfermé derrière l’épaisse vitre d’un sas étanche… Il manque alors de se faire surprendre…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En 2015, Moi, assassin avait fait l’effet d’une bombe, tant ce polar était maîtrisé, cynique et – osons le mot – intelligent. Il évoquait le meurtre gratuit élevé au rang d’œuvre d’art. Au point de se voir décerner le Grand Prix de la Critique ACBD ! Trois ans plus tard, le même duo d’auteurs – Antonio Altarriba et Keko – récidive avec ce Moi, fou… et l’on apprend avec bonheur, par la même occasion, que ces albums appartiennent à une trilogie en devenir, le « cycle du Moi ». Dès les premières planches, on constate que Moi, fou utilise les mêmes ingrédients que Moi assassin. Le même ton distant et froid, les mêmes terrains de réflexion, le même dessin avec des noir et blanc réalistes et tranchés. Et tant mieux, cela conforte la cohérence d’ensemble ! Un docteur en psychologie tiendra lieu de « héros », bien qu’il participe à une mission détestable : inventer des pathologies mentales, qui correspondent certes à des comportements réels, mais pour mieux vendre les médicaments bidon sensés les contrer. Dès lors, le débat est ouvert : qu’est-ce qu’une pathologie mentale ? Qu’est-ce qu’un fou, qu’est-ce que la normalité ? Une personne non-folle ne serait-elle pas la plus insignifiante et déshumanisée d’entre nous tous ? Ah, ah, ça y est, on se régale. L’invitation à la réflexion flatte le lecteur tout autant qu’elle passionne. Le ton du thriller est aussi rapidement enclenché. Il se passe des choses, à la fois dans l’inconscient du héros, lié à son passé familial (sans l’enfance, toute psychanalyse serait creuse…), mais aussi dans son entreprise. Disparition, harcèlement sexuel, amputation, pression de la hiérarchie… meurtre !? Ah, ah, on ne vous dira rien. Au-delà du suspense, cette histoire aux relents politiques fait aussi incroyablement sens avec de scandaleuses pratiques de certaines industries pharmaceutiques. Mais aussi avec le traitement parfois scandaleux que notre société réserve aux (vrais) fous. Mais aussi avec l’acceptation massive des normes citoyennes auto-immunes contre tout comportement déviant. Mais aussi… Mais aussi… Soyons fous !

voir la fiche officielle ISBN 9782207136348