parution 13 octobre 2016  éditeur Denoël  Public ado / adulte  Thème Mondes décalés, Guerre, Roman graphique

Ville avoisinant la terre

Un homme perd tous ses repères dans une ville de Beyrouth devenue kafkaïenne et habitée par des gens aux comportements étranges. Une métaphore ésotérique de l’absurdité de la vie, propre à instiller le malaise.


Ville avoisinant la terre, bd chez Denoël de Mhaya
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Denoël édition 2016

L'histoire :

A 17h30, dans la banlieue de Beyrouth, un homme en trench-coat attend son bus après sa journée de labeur. Il n’aime pas la promiscuité des transports en commun. Surtout lorsqu’un gros type au menton flasque s’endort sur son épaule. Il descend à son arrêt puis se dirige à pied vers son immeuble mais… là, c’est la stupeur. Il se retrouve dans un terrain vague, la nuit tombe d’un seul coup et son immeuble a disparu. Il demande à des passants ce qu’il a bien pu se passer ici, mais les gens le croisent en le prenant pour un fou. Il ne reconnait plus son quartier. Les rues sont désertes et sombres, les ombres y sont allongées. Pire : dans le ciel, à la place de la lune, il y a la Terre ! Il tente de nouveau d’avoir des explications auprès d’une prostituée au look vulgaire. Celle-ci est un travelo, qui tente de l’emmener pour une « nouvelle expérience ». L’homme refuse et part, discrètement observé depuis un balcon par un gros bonhomme déguisé en Batman. Il se rend chez Emile, un ami qui habite un appartement tout proche. Celui-ci l’accueille et l’écoute avec un verre de whisky. Mais il lui annonce qu’il a quitté sa femme et qu’il vit une nouvelle relation avec une voisine prénommée Ami…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Métaphorique : voilà le maître-mot qui permet de qualifier cet ouvrage aux qualités artistiques certaines ! Originaire de Beyrouth, l’auteur Farid Tawill a assurément été profondément affecté par la guerre civile qui a ravagé son pays entre 1975 et 1990. Il a la pleine mesure intime des tragédies engendrées par ce type de conflit, et la lecture onirique et kafkaïenne qu’il en fait à travers ce récit étrange en est la traduction. Car ici, son héros alter-ego bascule dans un monde qui n’est plus le sien, où les repères qui composent son quotidien sont différents ou inversés. Il se retrouve stricto-sensu dans une Ville avoisinant la Terre. Or non seulement ses repères sont totalement brouillés, mais en plus les gens qu’il rencontre sont majoritairement malsains, dépravés, menaçants, fous ou sexuellement dépravés. Des meutes de gens chassent les chiens ; un gros déguisé en Batman manipule la population ; des organes humains se retrouvent en bocaux dans les supermarchés… C’est tout à fait délirant. Si l’œuvre ne laissera pas son lecteur insensible, en raison des réels sentiments de malaise suscités, chacun y verra aussi midi à sa porte. L’absurdité et le décalage seront diversement perçus et traduits en fonction des expériences personnelles. Une impression de vanité existentielle et de futilité matérielle prédomine tout de même. L’atout majeur est dès lors procuré par le dessin virtuose en lavis de noir et blanc, paradoxalement réaliste et caricatural, mais en toutes situations soigné, richement décoré, post-apocalyptique et morbide. Ce one-shot ésotérique et dérangeant a été récompensé par le prix du meilleur album au Festival International de la bande dessinée d’Alger.

voir la fiche officielle ISBN 9782207135730