parution 01 janvier 2008  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Humour, Fantastique - Etrange

Jacques T1

Le petit lézard géant

Suite à des essais nucléaires miniatures, un lézard devenu géant et intelligent (toutes proportions gardées) sème la terreur. Une suite de sketches tout-public, débiles et hilarants à souhait. Un héros est né.


 Jacques T1 : Le petit lézard géant (0), bd chez Dupuis de Libon
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2008

L'histoire :

Dans une petite base militaire perdue au fond des bois… Un colonel et un scientifique expliquent à leurs troupes leur idée géniale pour reprendre les essais nucléaire en douce, sans être tagué de pettes fleurs sur la coque des frégates par des activistes écolos. Ils viennent en effet d’inventer la bombe nucléaire miniature. Petite bombe, petits effets, hop, ni vu ni connu. Aussitôt, ils décident d’aller balancer leur bombinette dans le bled d’à côté et de se casser en courant. Or, un grain de sable imprévu se glisse dans l’engrenage bien huilé de leur plan merveilleux. A l’endroit même où le colonel jette discrètement la mini-bombe, dans le jardin d’un pavillon lambda, se trouve un lézard (qui ne s’appelle pas encore Jacques : un lézard, par définition, ça ne s’appelle pas). Le reptile convulse, se déforme et subit une modification génétique fabuleuse : il grandit, se lève, marche et s’aperçoit qu’il est doué de facultés intellectuelles humaines. Croyant être devenu un être humain, il décide d’aller demander à un ami humain un bout de truc à manger, parce qu’il a comme un petit creux. Evidemment, il sème la panique en ville…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Comment transformer une idée toute bête en une aventure débile à souhait et franchement hilarante ? Il faut reconnaître, il est bon, Libon. Cet ancien pilier de Psikopat et de Fluide Glacial dispose d’un sens aigu de l’effet zygomatique et le prouve, par l’entremise de tronches débiles ou de répliques qui tuent. Dans la forme, cela se présente donc comme une suite de sketches, qui peuvent s’enchaîner pour former une histoire complète. Dans le fond, certaines séquences sont véritablement à se rouler par terre (le savant chez l’éditeur). Initialement surnommé Claude lorsqu’il a fait son apparition dans le journal Spirou (en septembre 2004), Jacques, personnage sympa (sauf envers les papillons) et un peu naïf, est doté d’un énorme capital sympathie. Pourtant, le coup du lézard devenu géant parce que génétiquement modifié, on nous l’avait déjà fait dans Godzilla. Mais ici, les proportions ont été adaptées afin de trouver le biais humoristique optimal et surtout tout public ! Résultat, la dévastation est uniquement comico-burlesque : tandis que les policiers recherchent un gnome de l’enfer, un martien des bois ou le monstre du loch Ness, un cirque embauche un crocodile qui marche, Jacques devient mascotte d’une boîte de céréales et se prend d’affection pour une mamie gâteuse (faut dire, elle a du foie de veau dans son frigo). Vite, un autre !