parution 05 septembre 2018  éditeur La boîte à bulles  Public ado / adulte  Thème Guerre, Chronique sociale, Historique

La Guerre des autres

Rumeurs sur Beyrouth

Chronique sociale d'une famille égyptienne expatriée au Liban, La guerre des autres est un récit touchant qui revient aux sources d'une guerre civile qui va durer une quinzaine d'années. Un témoignage tendre et émouvant.


La Guerre des autres : Rumeurs sur Beyrouth (0), bd chez La boîte à bulles de Boulad, Bona, Henry
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©La boîte à bulles édition 2018

L'histoire :

Beyrouth, en 1974. La famille Naggar a fui les territoires palestiniens conquis par l'armée d'occupation israélienne après les guerres de 1948 et de 1967. Ils sont de souche égyptienne et sont imprégnés de la culture occidentale. Le père est un coureur de jupons. Un épicurien qui fait le bonheur de ses amis en passant sous le manteau des numéros de l’Écho des savanes, qui ne sont que quelques pépites parmi les trésors que réserve sa librairie. La mère est baba-cool mais elle tient la baraque et surtout les comptes, qui ne sont pas au beau fixe. Un peu lassée du comportement de son mari, elle est tombée amoureuse de son meilleur ami qui, malheureusement pour elle, s'avère être gay. Ils ont trois enfants qui, eux aussi, sont plein de vie et aiment les arts, en particulier le cinéma. Tous vivent paisiblement et se tiennent à l'écart des tensions religieuses et politiques qui commencent à miner le pays. Mais le propre de cette famille est d'être portée par l'espoir et de refuser la fatalité. Pourtant, le cours des événements s’accélère. Le Liban est déjà très divisé par les conflits idéologiques qui séparent les communautés chiite, sunnite, druzes et maronite. Il sert désormais de territoire refuge aux palestiniens qui ont fui la Syrie. En quelques mois, 400 000 réfugiés affluent. Parmi eux, des Palestiniens résolus à ne pas se laisser faire par l’État d’Israël, qui ne reconnaît même pas leur existence...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Bernard Boulad met en scène l'histoire de sa famille. Une famille heureuse, dont les parents, malgré une forme de tension palpable dans leur couple, sublimaient leur quotidien au moyen de la culture. Un père libraire, forcément féru de lettres, et à qui un éditeur confia la rédaction des textes accompagnant les photos d'un livre, Les lumières du Liban. Une mère comédienne à la tête d'un théâtre d'avant-garde et trois grands enfants, tous passionnés par le cinéma. Et la description d'un pays, plus précisément de Beyrouth, il y a 40 ans. Dans sa postface, Bernard Boulad nous explique qu'il portait cette histoire depuis bien longtemps. Il évoque le travail de Mémoire et de tri aussi, pour séparer ce qui est des souvenirs que le temps arrange, de ce qui se rapproche le plus de la vérité. Alors on est véritablement invité à partager le quotidien de cette famille qui ne se résout pas à admettre l'inéluctable, alors même qu'un de ses fils accomplit un service militaire particulièrement drastique. Cette guerre civile qui s'annonce, ils ne peuvent pas y croire. Non pas qu'ils ignorent quoi que ce soit de l'état du pays, ils sont curieux et cultivés. Pour forcer le trait on pourrait même dire qu'ils font partie des classes intellos. Non, c'est sans doute une question de tempérament et par là même d'éducation : à quoi sert d'être pessimiste ? Avec son minimalisme, le dessin encré de Gaël Henry (découpé et colorisé par les couleurs douces et sépia de Paul Bona) propose un visuel sobre, qui laisse ainsi toute la place à un récit d'abord tout en lenteur et qui bascule aussi violemment que le conflit éclate. Une belle histoire qui rend hommage à une famille, mais aussi à tout un pays.

voir la fiche officielle ISBN 9782849533154