parution 10 novembre 2016  éditeur Tartamudo  Public ado / adulte  Thème Historique, Guerre

La Guerre des gaules

(intégrale)

Comment, du statut d’allié à César en -58, le chef arverne Vercingétorix s’est retrouvé ennemi, jusqu’à capituler à Alesia en -52. Une retranscription « plate », mais documentaire, de l’antique récit de César himself.


La Guerre des gaules, bd chez Tartamudo de Tarek, Pompetti
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Tartamudo édition 2016

L'histoire :

En mars 58 avant JC, ayant échoué dans son complot pour conquérir les terres celtiques, le chef helvète Orgétorix se suicide. En compagnie d’autres tribus locales, son peuple entame une grande migration vers l’ouest, en ayant pris soin de brûler leurs villages et leurs récoltes auparavant pour annihiler tout espoir de retour. Or leur chemin passe par les Allobroges, des alliés de Rome. César et Labiénus réagissent logiquement en tentant de réprimer cette invasion. C’est le début d’une longue guerre de territoire opposant de nombreuses tribus de Gaule considérées par Rome comme des barbares. Car tandis qu’il lance ses légions contre les helvète, Caius Julius César commence à nourrir le dessein de conquérir la celtique toute entière. César n’est alors que proconsul de la Gaule cisalpine et il dirige ses troupes sur les frontières de l’Empire. Tout en manœuvrant à distance pour ne pas perdre du terrain sur la scène politique intérieure, il passe alors des alliances avec les tribus gauloises alliées de Rome. Parmi ces alliés, il y a les Arvernes, à la tête desquels se trouve un certain Vercingétorix. Ce chef efficace lutte alors selon les desideratas de César contre un nouvel ennemi : les germains…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Originellement, La guerre des Gaules est l’un des plus anciens écrits de l’Antiquité à nous être parvenu sous une forme à peu près authentique et pour cause : sept des huit livres qui la composent ont été rédigés et/ou commentés par Jules César himself. Ce récit relate sa conquête de « la celtique », c’est-à-dire d’un territoire qui ressemble à peu près à la France actuelle, lors d’une guerre opposant de nombreux clans barbares et le puissant empire romain. Ce conflit global s’est étalé de l’an -58 avant JC, jusqu’en -52, date de la fameuse défaite de Vercingétorix à Alesia. Le scénariste Tarek en a fait une adaptation BD en deux tomes, parus en 2012-2013 et aujourd’hui réunis en intégrale par Tartamudo. Hélas pour le souffle épique, l’auteur a sans doute trop voulu rester fidèle à l’écrit original (la traduction par L.-A. Constant, de 1981). Car il nous donne essentiellement à lire un empilement d’encadrés narratifs descriptifs d’une liste sans fin de batailles inter-tribus, d’alliances politiques, souvent sans mise en contexte, sans définition desdites tribus et de leurs intentions. A l’aide d’un dessin fortement encré et complété au lavis, Vincent Pompetti met quant à lui en scène des guerriers parfaitement proportionnés et bénéficiant d’un véritable soin documentaire quant aux tenues, armements, sites célèbres et situations martiales. Un travail remarquable au sens historique… mais là encore, la fluidité fait défaut, les personnages se confondent, le travail sur la lumière et les couleurs manque d’unité et de lisibilité. Bref, tout cela est certes didactique pour celui qui voudra s’accrocher ; mais en matière d’art séquentiel (l’autre nom de la BD) au sens strict, on repassera. L’éditeur et les auteurs se fendent cependant d’un épais cahier documentaire en fin d’ouvrage (de près de 40 pages !), riche de clichés, dessins, cartographies, définitions et explications, qui comblent tous les manques ! Son existence renforce comme un révélateur les limites séquentielles du difficile mais louable exercice d’adaptation.

voir la fiche officielle ISBN 9782910867539