Batman - Knightfall T3 : La croisade (0), comics chez Urban Comics de Moench, Duffy, Dixon, Grant, Balent, Kitson, Nolan, Blevins, Manley, Giarrano, Setzer, Roy ©Urban Comics édition 2013

Batman - Knightfall T3

La croisade (intégrale)

Retour à la routine après un arc éprouvant, qui aurait pu redonner densité et force à la saga. Un changement marquant : Bruce Wayne n'est plus Batman. Hélas, son remplaçant n'a pas son charisme et l'histoire ennuie plus qu'elle ne surprend.

L'histoire : Bruce Wayne a quitté Gotham pour l'Europe, abandonnant sa ville à son nouveau protecteur, Jean-Paul Valley, un nouveau Batman, relooké, aux méthodes plus radicales et expéditives. Valley est un homme appartement à une longue lignée d'assassins travaillant depuis les croisades pour l'ordre de St Dumas. Il a été hypnotisé et programmé dès l'enfance pour devenir ce justicier impitoyable et il rêve de retrouver une totale liberté, ne sachant exactement ce qui tient, dans sa personnalité, de sa volonté propre ou de sa programmation... Valley doit se débattre avec ses incertitudes alors que la pègre tente de combler le vide laissé dans Gotham par l'élimination de Bane, l'homme qui a détruit Bruce Wayne...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Après deux tomes fortement paginés narrant la chute de Bruce Wayne alias Batman, brisé à tous les sens du terme par le super-méchant Bane, puis obligé de confier les clés de la Batcave et la protection de Gotham à son ami Jean-Paul Valley, j’étais chagrin que les auteurs ne se soient pas davantage intéressés aux conséquences psychologiques de ce retrait de la vie super-héroïque sur le milliardaire Bruce Wayne. Très vite, en effet, on glissait sur son désarroi (qui nous était très maladroitement raconté avec force pathos et trémolos), pour ne plus se concentrer que sur Valley, qui réapparaissait dans la ville sous le costume du Dark Knight, nous proposant un Batman différent, plus enclin à éradiquer définitivement la pègre et Bane, qu’à les combattre avec le sens de la justice de son prédécesseur. Un Batman qui ne cesse, depuis lors, d’effrayer Robin, son habituel compagnon, qui se fait littéralement mettre sur la touche par le nouveau patron, qui mure la Batcave, lui en interdisant l’accès. Là encore, j’aurai apprécié que les auteurs développent ce passionnant aspect, et nous fassent vivre la montée de ce nouveau Batman, aux nouvelles méthodes, au travers du regard de ce Robin, totalement désemparé. D’autant plus désemparé, d'ailleurs, que Wayne a quitté le pays à la recherche de son père et de la jeune psychologue dont il est épris, tous deux ayant mystérieusement disparus. Mais non, décidément, l’option psychologique et intime, qui faisait la force du Batman Dark Knight ou du Batman Année Un (Year One en VO) de Frank Miller et qui ont fini par devenir la marque de fabrique de la version cinématographique de Christopher Nolan, n’a pas sa place ici. Toute l’attention se concentre désormais sur Jean-Paul Valley, qui s’est fabriqué un costume assez laid, qui fait beaucoup penser à celui de Spawn, comme s'il fallait absolument rajeunir le look d’un héros vieillissant auprès du lectorat des années 90, en le faisant ressembler au héros préféré des teenagers de l’époque. Nous allons donc le suivre durant 350 pages, au cours de plusieurs histoires assez peu ambitieuses. La série reprend clairement son ronron habituel de serial, après le pic émotionnel offert par l’arc avec Bane (même si le concept était plus puissant que la réalisation en elle-même). Seul les tourments de Jean-Paul Valley, malmené par la programmation hypnotique qui fait de lui, depuis l’enfance, un assassin au service de l’Ordre de St Dumas, viennent pimenter le quotidien du héros, aux prises avec les habituels méchants de l’univers de Gotham. Enfin, quand je dis pimenter, c’est de façon brève et assez peu convaincante. En définitive, le personnage de Valley tourne assez vite en rond et se révèle moins profond et passionnant qu’il aurait pu l’être. Et c’est avec soulagement qu’on retrouve sur les 50 dernières pages un Bruce Wayne, en civil, menant son enquête en Angleterre, sous le déguisement d’un lord britannique de retour au pays. Alors que le dessin confié à Brett Blevins se montre plutôt hésitant, c’est l’histoire concoctée par Alan Grant qui remporte le morceau. Le personnage de Bruce Wayne s’y révèle clairement plus dense et plus excitant que celui de Valley, les enjeux y sont bien plus importants et prenants. Et nous nous retrouvons, sur le fil de l’album, avec l’étrange envie de suivre le prochain opus de cette saga Knightfall pour savoir où tout cela va emmener Bruce Wayne...

  • scénar dessin


4 mars 2013



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 28.00-5% = 26.6

sur


 Batman - Knightfall T3 : La croisade (0), comics chez Urban Comics de Moench, Duffy, Dixon, Grant, Balent, Kitson, Nolan, Blevins, Manley, Giarrano, Setzer, Roy ©Urban Comics édition 2013

01 février 2013

Urban Comics

DC Classiques

voir la fiche officielle

9782365771849

ado / adulte

Fantastique - Etrange

Super-héros

scénariste
 

scénariste
 

scénariste
 

scénariste
 

dessinateur
 

dessinateur
 

dessinateur
 

dessinateur
couverture
 

dessinateur
interview de Barry Kitson
© planetebd.com 2014

dessinateur
 

coloriste
 

coloriste
 

Batman - Knightfall série terminée en France
5 albums parus Titre en VO : Batman - Detective Comics
Nos chroniques dans cette série :