parution 02 juin 2012  éditeur Actes Sud BD L'An 2  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Policier, Roman graphique

Castilla Drive

Un homme s’est fait tirer dessus de manière étrange. Souhaitant connaitre l’identité du tireur et comprendre, il va tenter de s’attacher les services d’une détective privée qu’il semble connaître… Un récit magnétique et puissant, plein d’étrangeté.


Castilla Drive, bd chez Actes Sud BD L'An 2 de Pastor
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Actes Sud BD L'An 2 édition 2012

L'histoire :

Sally Sallinger est une femme seule depuis que son mari Robert l’a quittée, il y a trois ans de cela, brutalement et sans explication. Désormais, elle élève leurs deux enfants et fait tourner le bureau de détective de son mari, attendant un hypothétique retour. Le bureau est situé dans l’arrière-boutique de l’onglerie de Pat, une vieille copine de Sally, sa plus grande confidente, elle aussi revenue de l’amour. Un beau jour, Osvaldo Brown, victime d’une tentative d’assassinat, se rend dans le bureau de Sally pour s’attacher ses services. Il souhaite savoir qui a pu lui tirer dessus et comprendre pourquoi. Au début réticente, celle-ci finit par accepter. Mais peu à peu, les motivations d’Osvaldo deviennent plus claires. Plus que retrouver son agresseur, il cherche en fait à séduire cette femme qui le fascine. Elle est une sorte de muse protectrice pour lui, poète de profession. Sauf que l’inspecteur de police Raimundo Rayo, en charge de l’enquête et qui a travaillé longtemps avec le mari de Sally, semble l’aimer lui aussi. La clé de l’énigme réside dans une complexe géométrie du désir…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Si une sortie doit retenir votre attention ces temps-ci, c’est bien Castilla Drive d’Anthony Pastor. On avait déjà dit tout le bien qu’on pensait de Las Rosas, son magistral dernier roman graphique sélectionné en 2011 à Angoulême. Pour son retour à la couleur, Pastor nous émerveille une fois encore par son style unique, dans un récit décalé et imprévisible. Installant des décors d'une inquiétante étrangeté au cœur d'une Amérique sans âme et désuète, jouant superbement de l’alchimie des contraires (il neige là où il devrait faire chaud), brouillant les repères temporels pour recréer une ville fantasmée, Pastor suspend son récit hors du temps, fait semblant d’avancer en territoire connu avec une enquête policière à la fois banale et improbable, pour la transformer ensuite en une lumineuse mais tragique histoire de sentiments, doublée d’une analyse socio-politique cinglante. Et laisse volontairement le lecteur dans le flou quant aux réelles motivations des personnages, dont les relations sont dévoilées au fur et à mesure que Pastor livre les clés, l'histoire gagnant alors peu à peu en profondeur, complexité, dramaturgie et tension narrative. Un dénominateur commun à tous : la solitude, les désillusions et des parcours de vie heurtés dans une Amérique mélancolique, crépusculaire et désenchantée. Pastor brasse brillamment les genres, du polar à la romance en passant par la tragédie, le thriller et la chronique sociale, puis multiplie les pistes d’interprétation pour un lecteur libre, aidé en cela par l’anonymat et l’universalité des lieux dépeints, manière pour lui de les réinvestir et de les incarner par la psychologie fouillée de personnages (féminins) forts. On pense au triangle amoureux stendhalien – même s’il s’agit ici plutôt d’un quatuor – à la géométrie du désir de René Girard, au théâtre de l’absurde d’un Beckett et même aux tragédies antiques, les figurants étant rattrapés puis dépassés par leurs failles existentielles. Sans oublier de petites touches d'humour appuyées et subtiles. Pastor révèle enfin un sens aigu de la mise en scène cinématographique, avec des dialogues qui claquent, des cadrages et des plans au millimètre de toute beauté, dont Castilla Drive, d’ailleurs, lieu hautement symbolique, se fera l’écho lors du clap final. Faiseur d’ambiance sans pareil, l’auteur réalise là un « film » graphique puissant et envoûtant sur la rédemption par l'amour, d’une belle poésie contemplative. Aucun doute, Pastor fait partie des tout grands… A l’image de la couverture, superbe !

voir la fiche officielle ISBN 9782330005078