parution 01 novembre 2009  éditeur Adalie  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Humour

Et merde, je suis prof

L’ordinaire tragi-comique d’un prof d’histoire-géo durant une année scolaire dans son collège de banlieue. Un témoignage criant d’authenticité mais souvent aussi brouillon que le trait de crayon.


Et merde, je suis prof, bd chez Adalie de Steban
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Adalie édition 2009

L'histoire :

Septembre 2004, Steban entame une nouvelle année dans son collège de Seine-Saint-Denis, où il enseigne l’histoire-géo. L’inévitable réunion de prérentrée n’apporte aucune surprise, mais elle a le confortable avantage, de par son copier/coller des précédentes, de rassurer un brin : présentation des nouveaux collègues (qui ont une grosse trouille du 9-3), revendications syndicales, directives ministérielles, emplois du temps, listes d’élèves… Bref, le train-train des rentrées. Ensuite, il faut bien se résigner à entrer dans l’arène, essayer de faire peur en jouant beaucoup la comédie et répondre, notamment avec les 6e, à un flot de questions qui ont pour but unique de les rassurer un peu. Pour les 3e, c’est une autre histoire et surtout une autre comédie qu’il va falloir jouer : surtout ne pas rater le premier cours, faire la gueule le plus souvent, être sans pitié avec le premier qui fait le malin et impérativement ne jamais rire de leurs blagues (super difficile à tenir celle là)… Passée la première prise de contact, tout roule… normalement. Il faut simplement rester zen et s’acheter, en gros paquets, des bonnes doses de philosophie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Steban est prof dans le 9-3 : le genre de truc qui, pour le commun des mortels, sauvagement imprégné par l’image que les médias donnent de l’éducation dans ces territoires laissés à l’abandon, relève soit de l’acte héroïque pur, soit de la grosse punition infligée pour avoir commis un délit abject et honteux. Néanmoins, jamais au cours des quelques 80 pages de son album, il ne donne le sentiment de mener un sacerdoce ou de vivre un insurmontable châtiment. Simplement, le sourire au bout du crayon, il décrit la vie difficile d’un prof sans tenter de se faire plaindre ou encenser. Relations avec les élèves, lourdeur de l’administration, incohérences politiques, description des codes inhérents à cette micro-société et perles savoureuses de collégiens animent ce témoignage qui, s’il ne renouvelle pas le genre, est d’une absolue sincérité (on a le sentiment d’avoir lu ou vu, via reportages, films, romans, ce qui nous est livré ici). Au-delà, il démontre la véritable passion de l’auteur pour son boulot. Malgré toutes ces bonnes intentions, il faut reconnaitre que la mise en forme est un peu trop restée au stade du brouillon. Utilisant un style graphique caricatural qui rappelle Reiser ou Wolinski, chaque page de l’album devient un véritable champ de bataille dédié à du texte dans tous les sens avec flèches pour commenter des dialogues ou insertion de notes de services. Le résultat ne se fait pas attendre : la lecture devient rapidement pénible et plombe notre intérêt pour le propos. On regrettera donc que Steban n’ait pas retravaillé son sujet pour une approche un peu moins brute de décoffrage et offrant plus de lisibilité.

voir la fiche officielle ISBN 9782918455035