parution 10 mars 2010  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Thriller

Need [Ceci est mon sang] T1

Contre-jour

Dans un futur proche, alors que la jeunesse dorée s‘amuse à vivre d'autres vies, les parents jouent avec l'avenir de l'humanité. Début d'un diptyque, complétant judicieusement le précédent Ceci est mon corps.


 Need [Ceci est mon sang] T1 : Contre-jour (0), bd chez Bamboo de Marie, Goethals, Saint Blancat
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2010

L'histoire :

Sur les hauteurs d’Hollywood, dans la villa cossue de son riche paternel, directeur de la branche pharmaceutique du Need Consortium, Istelle s’ennuie à en mourir. Seules les petites pilules de toutes les couleurs et les injections intraveineuses que lui fait sa sœur Sania rendent, le temps de leur effet, les choses plus simples : elle est même capable de supporter la présence de Jenny et de Lucas, deux autres richissimes étudiants amis de sa sœur ainée. Il y a bien aussi cette ingénieuse technologie mise à leur disposition par la société de leur papa qui permet d’espionner son voisin jusque dans son intimité. Voire mieux encore : ces procédés permettant de revivre l’épopée d’Autant en emporte le vent ou pourquoi pas d’habiter le corps d’une belle asiatique qui manierait le cutter sur un corps obèse et répugnant. Tout ça reste possible, à condition de ne pas faire ombrage aux activités du papounet. Pensez ! Le monsieur négocie l’avenir du Monde avec les puissances internationales : sa société a mis au point un procédé révolutionnaire permettant de contrôler la reproduction de l’espèce humaine. Et pourtant l’ombre ne va pas tarder à arriver de tous les cotés…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Même contexte social futuriste, mêmes lieux, mêmes protagonistes et surtout déroulement connexe de l’action : ce nouveau forfait du tandem Marie/Goethals se révèle des plus savoureux, surtout lorsqu’on s’est déjà agréablement laissé faire par Ceci est mon corps, le précédent. Certes, le montage dynamique et haletant du scénario de ce « nouveau » diptyque, n’aurait pas tardé à nous absorber, mais toute la saveur du récit vient de l’extrême complémentarité des 2 « séries ». Car en effet, un peu comme dans le Quintett de Franck Giroud ou même les Uchronie[s] d’Éric Corbeyran, ce tome 1 entrecroise habilement sa trame avec celle de Lumière crue : on retrouve avec jubilation, sous un angle narratif différent (celui d’autres protagonistes), des événements similaires. Damien Marie nous dévoile alors avec malice ce que nous n’avions pas vu, en nous abreuvant de nouveaux mystères. Néanmoins, le contexte d’anticipation (la jeunesse sexy-dorée, la came en grosse boîte de pilules multicolores, le jeu consistant à se retrouver dans le corps d’un hôte ou à se balader dans un monde virtuel…), qui sert à nouveau de décorum, a un effet moins happant que sur le premier dytique. On se satisfait en revanche de révélations plus touffues et de rebonds particulièrement adrénalisant (pas moins de 2 cliffhangers en conclusion) : les intentions tentaculaires du consortium Need sont beaucoup plus détaillées, le rôle de l’agent fédéral Faller semble plus ambiguë qu’on ne l’imaginait, le mystère de la « disparition » des belles Istelle et Sania nous tient en suspens. Une déclinaison qui, à l’instar du graphisme, se révèle dynamique et judicieuse, pour une série d’anticipation pouvant encore distiller de bonnes surprises.

voir la fiche officielle ISBN 9782350788753

  • Sa note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

Ce qu'un autre en pense sur la planète BD :

Pour compléter Ceci est mon corps, ce nouveau diptyque ré-embraye sur les deux filles du dirigeant du Need Consortium qui passent leurs journées à se droguer et faire des bad-trips. L’idée c’est qu’au travers de ces deux diptyques, on retrouve des lieux et des gens communs aux deux histoires. Bien sûr, la complémentarité des deux histoires fait qu’il est indispensable de lire le premier diptyque avant de commencer ce premier album du second diptyque… Après ce petit éclaircissement indispensable, parlons de l’histoire. Tout d’abord, il s’agit d’une anticipation d’un monde pas très lointain de notre société actuelle. L’idée qu’un consortium cherche en secret à contrôler la vie des gens – et donc la planète elle-même – n’est pas nouvelle. Le pouvoir absolu est la motivation de tous les mégalos un minimum pétris d’ambition. Ici, l’idée c’est le contrôle des naissances dans chaque pays, moyennant finance, et tant pis pour ceux qui ne veulent pas payer. L’utilisation de nouvelles technologies militaires est la clé de la réussite mais il ya toujours un hic. Ici, les filles vont se faire prendre au propre jeu de leur père… le grain de sable qui va faire capoter le plan machiavélique ? A suivre donc dans le second tome.