parution 11 février 2009  éditeur Casterman  collection Ligne rouge
 Public ado / adulte  Thème Policier, Politique

Canardo T18

La fille sans visage

Défigurée par un terrible accident de voiture, une prostituée est étrangement choyée par le responsable de son état, héritier d'un richissime duché. Un polar social dans les milieux princiers, exquis !


 Canardo T18 : La fille sans visage (0), bd chez Casterman de Sokal
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2009

L'histoire :

Un soir comme les autres, l’inspecteur Canardo termine son service au sein du bouiboui enfumé Chez Freddo. Au chômage technique, Galina, une prostituée venue des pays de l’est qui officie dans le troquet, lui demande alors de la reconduire jusqu’à son appartement. Sexy, désabusée, la jeune femme lui fait même une proposition pour la nuit, mais Canardo refuse aimablement. De toute façon, il n’a pas les moyens. Soudain, à un carrefour, une Porsche vient violemment les emboutir, par le flan de leur Cadillac. Ils font un tonneau et finissent leur course dans l’eau du port. Véritablement catastrophé par l’accident qu’il vient de provoquer, le chauffard prévient aussitôt les secours. Canardo s’en tire avec une patte cassée, mais pour Galina, c’est beaucoup plus grave : elle est défigurée. Dans leur malheur, le chauffard s’avère heureusement être l’héritier du trône de Belgambourg, le richissime Norbert de Cludezaque. Il fait donc interner ses victimes, à ses frais, dans la clinique privée huppée du docteur Merveille. Là-bas, se pose la question problématique de la reconstruction chirurgicale faciale de Galina : personne n’a de photo d’elle. Norbert, sous calmant pour réfréner ses déviances sexuelles, est totalement excité par les courbes et la poitrine de la demoiselle. Il fouille dans ses archives pornographiques et fait un montage infographique pour qu’elle ressemble à la pin-up de ses rêves. Bien des mois plus tard, Norbert annonce officiellement son mariage avec la roturière Galina ! Sa mère, la duchesse, qui gère avec poigne le duché de Belgambourg, compte bien tirer le meilleur profit de cette énième frasque…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans Canardo, on sait par avance qu’on va trouver strictement la même ambiance de polar noir… et on est néanmoins régulièrement satisfait, en raison d’un angle d’attaque toujours subtil. Voilà déjà 30 ans que ces personnages zoomorphiques trimballent leur désenchantement sur fond de satire politico-sociale grinçante et que l’inspecteur Canardo, croisement génétique entre Daffy Duck et Nestor Burma, mène ses petites enquêtes, les doigts (palmés) dans le nez. Dans le collimateur de ce 18e album, Benoît Sokal écorne d’une part les frasques princières et leurs différentes facettes médiatiques, et d’autre part le déchirement politique actuel de la Belgique (son pays d’origine), entre wallons et flamands. Acteur malgré lui sur une première partie d’album, Canardo demeure très en retrait de l’intrigue. Le gros du récit est alors rythmée par 3 protagonistes majeurs : la pute venue de l’est (encore une thématique chère à Sokal !), le prince libidineux et dégénéré, et sa despotique marâtre, véritable tout-terrain face aux situations fâcheuses. Evidemment, tous 3 sont des volailles… Il faut alors attendre la 33e planche pour voir enfin un semblant d’enquêté confiée à Canardo, dont les investigations passeront entre autre par un sympathique clin d’œil aux Cigares du Pharaon (la séquence des conspirateurs). Notons enfin que Pascal Regnauld, juste cité en tant que collaborateur en page de garde, est la véritable cheville ouvrière du dessin. Pour le plus grand plaisir du lecteur, le dessinateur réitère album après album la veine caricaturale zoomorphique fidèle et appliquée à celle de Sokal. A lire comme on déguste un bon cépage, toujours fidèle à ses qualités…

voir la fiche officielle ISBN 9782203017689