parution 04 mai 2011  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Anticipation

Julia et Roem

Bilal signe une « suite » à Animal’z et s’attelle à un projet ambitieux : sur fond d’écologie futuriste et apocalyptique, il tente de réécrire le maître Shakespeare. Joli, mais bancal…


Julia et Roem, bd chez Casterman de Bilal
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2011

L'histoire :

Lawrence, ancien aumônier militaire avant le « Coup de Sang » erre sans but dans un désert aride où le ciel est compact comme le sol et la terre fluide comme la mer. Il accompagne deux jeunes hommes, Merkt et Roem. Tous trois arrivent devant un hôtel, seule trace matérielle de l’ancien monde. Les habitants de l’hôtel vont se montrer agressifs et méfiants, mais une des pensionnaires, Julia, tombe éperdument amoureuse de Roem, alors qu’elle devait épouser Kyle. Le destin tisse sa toile et les personnages sont balayés par la soif de haine et de vengeance. Lawrence comprend qu’ils vivent la pièce de Shakespeare Roméo et Juliette

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La suite d’Animal’z démarre fort avec une continuité profonde entre les deux tomes. Enki Bilal se plaît à décrire un monde totalement absurde, qui mêle vide angoissant et réminiscences du passé. Ce tableau, sublimé par les cases gigantesques du dessinateur et les couleurs pastel ocre, est parfaitement décrit par un Lawrence divaguant au gré de ses errances. Cette fois, Bilal change d’élément : la mer n’est pas la seule zone de sécurité. Le sable du désert est aussi une autre terre de survie, même si l’environnement est hostile et opaque. Une occasion nouvelle d’admirer le talent graphique prodigieux de Bilal où la couleur ocre côtoie à merveille les teintes brunes de la peau de ses personnages, le tout revalorisé par de petites touches de rouge vif. Le scénario est par contre plus décevant que l’opus précédent. Bilal s’empêtre dans un projet bien trop ambitieux, en voulant refaire la célébrissime pièce de Shakespeare. Il l’avait annoncé d’ailleurs dans Animal’z : le chasseur, parmi une flopée de citations, avait récité du Hamlet. Il est vrai qu’on peut facilement trouver un pont entre Bilal et Shakespeare : les visages dessinés de Bilal ont la grandeur tragique des héros de Shakespeare, mais de là à en faire tout un tome… Du coup, Bilal finit par se perdre dans sa volonté de rendre hommage au maître anglais et tue toute surprise. Les citations envahissent l’œuvre et n’aboutissent qu’à une pâle copie du modèle. Dommage, car le mélange des deux univers aurait été beaucoup plus intéressant… On s’éloigne donc au fur et à mesure du thème futuriste, pour relire une énième version du mythe de Roméo et Juliette. Même si Bilal y reproduit des thématiques qui l’obsèdent depuis longtemps (l’amour éternel et furieux entre Roméo et Juliette rappelle le sublime Bleu Sang où Jill Bioskop et Nikopol peuvent enfin assouvir leur amour, le temps d’un album…), il crée un album bien plus vide que le précédent. Les fans ne seront toutefois pas déçus, tant le dessin demeure saisissant ; mais on pourra être légitimement frustré, tant ce projet aurait pu être mieux mené, si l’auteur avait osé transformer Shakespeare, au lieu de le copier…

voir la fiche officielle ISBN 9782203033085